Les fantômes de Vichy : le cas René Bousquet

Publié le par France Inter

Les fantômes du régime de Vichy à travers le prisme de l’affaire Bousquet. Rediffusion du 28 octobre 2015. 

René Bousquet, chef de la police de Vichy, inspecte ses troupes en 1940 © Getty / Keystone-France / Contributeur

René Bousquet, chef de la police de Vichy, inspecte ses troupes en 1940 © Getty / Keystone-France / Contributeur

Vichy, c’est le nom d’un fantôme dans l’histoire française. Un fantôme qui hante notre mémoire et réapparaît de temps en temps au gré des évènements, des commémorations, des sorties de films ou de livres. Cette trace nous rappelle les quatre années où, au nom de l’Etat Français, des militaires, ministres, hauts fonctionnaires ou simples agents de l’ordre ont commis l’irréparable.

De ces heures et de ces drames sous le joug nazi, nous connaissons pour la plupart, toute l’étendue. Nous avons en mémoire le 10 juin 40, où une assemblée se jeta dans les bras d’un Maréchal vieillissant, mais aussi Montoire où le Maréchal serra la main d’Hitler, plongeant la France dans la collaboration. Quatre ans pendant lesquels deux Frances se sont affrontées, celle du Maréchal, qui s'est couchée et celle du Général De Gaulle qui a voulu rester debout... quatre années pendant lesquelles le gouvernement de Vichy s’est impliquée dans la politique anti-juive des nazis jusqu’à participer en zone occupée et libre, à leur arrestation, détention puis déportation vers l’est, vers ces camps d’où on ne revenait pas.

Ce passé, nous avons mis du temps à y faire face. Non qu’il fut caché ou tenu secret, mais parce qu’il y a des temps où la réconciliation devance le devoir de mémoire, où la mémoire des disparus prend le temps de se construire, d’être portée et de revendiquer sa place au sein du roman national.

Alors aujourd’hui, par le cas René Bousquet, de 1978 à 1994, nous allons suivre les aléas et hésitations de notre mémoire collective et politique face aux crimes de Vichy dont les plus importants furent sans doute ceux commis pendant l’été 1942, lorsque des milliers de juifs furent arrêtés et déportées de zone occupée et libre par des agents français.

Pour parler de cette affaire hautement sensible, nous recevrons en seconde partie Pascale Froment, journaliste, spécialiste de l'histoire de la Collaboration, auteur d’une biographie de René Bousquet.

Archive INA

Les invités

  • Pascale Froment

L'équipe

  • Fabrice Laigle - Réalisateur (trice)
  • Juliette Goux - Réalisateur (trice)
  • Anaëlle Verzaux - Reporter
  • Gaylord Van Wymeersch - Reporter
  • Adrien Carat - Attaché de production
  • Jean Bulot - Attaché de production
  • Valérie Bour - Attachée de production
  • Simon Maisonobe - Attaché de production
  • Murielle Perez - Programmatrice musicale
  • Fabrice Drouelle - Journaliste
  • Christophe Barreyre - Rédacteur(trice) en chef

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article