Daphne Sheldrick, pionnière de la protection de la nature, est morte

Publié le par Le Progrès

Daphne Sheldrick, pionnière de la protection de la nature, est morte
Photo Alberto E. Rodriguez/Getty images North America/AFP

Photo Alberto E. Rodriguez/Getty images North America/AFP

Daphne Sheldrick, pionnière de la protection de l’environnement connue pour avoir développé une méthode permettant d’élever des éléphanteaux orphelins au Kenya, est décédée jeudi à l’âge de 83 ans.

«Daphne est décédée dans la soirée du 12 avril au terme d’une longue bataille avec le cancer du sein, une bataille qu’elle a finalement perdu», a indiqué sa fille Angela Sheldrick dans un communiqué publié vendredi sur le site du Fond David Sheldrick pour la faune sauvage (DSWT).

«Son héritage est incommensurable et son décès aura un large retentissement en raison de son succès sans égal dans la conservation de la nature au Kenya», a ajouté sa fille.

Née au Kenya en 1934, Daphne Sheldrick, descendante des colons britanniques, a travaillé pendant près de 30 ans à la protection de la nature avec son mari David Sheldrick, fondateur du célèbre parc national de Tsavo.

Protection de la nature et orphelinat d'éléphants

Après la mort de son époux, elle a fondé le DSWT, connu à la fois pour sa contribution à la protection de la nature, ainsi que pour son orphelinat d’éléphants, où des milliers de touristes viennent chaque année voir des éléphanteaux nourris au biberon et jouer dans la boue.

«Daphne a été la première personne qui a élevé avec succès des nouveaux-nés éléphants et rhinocéros qui étaient encore dépendants du lait maternel», a rappelé Angela Sheldrick, selon laquelle la méthode ainsi développée a permis de sauver 230 éléphanteaux orphelins au Kenya, et de nombreux autres à travers l’Afrique et en Inde.

Décorée par la reine Elizabeth II

Il a fallu 28 ans de recherche à Daphne Sheldrick, décorée en 2001 par le gouvernement kényan et en 2006 par la reine Elizabeth II, pour recréer le lait maternel sans lequel les éléphanteaux de moins de deux ans ne peuvent survivre.

Mais le lait n’était qu’une partie de la solution destinée à sauver des éléphants souvent traumatisés par la mort de leurs parents, tués pour leur défense en ivoire, ou décédés lors de sécheresses: par exemple, les gardiens dorment parfois aux côtés des éléphanteaux, pour les rassurer.

Le travail de Mme Sheldrick, qui a écrit plusieurs livres, a été immortalisé dans de nombreux documentaires.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article