Dieppe pleure Sœur Agnès-Marie Vallois qui nous a quittés à l’âge de 103 ans

Publié le par Mémoires de Guerre

Dieppe pleure Sœur Agnès-Marie Vallois qui nous a quittés à l’âge de 103 ans

Dieppe a le cœur qui saigne : sœur Agnès-Marie Vallois est décédée à l'âge de 103 ans. Elle avait soigné les soldats qui ont débarqué sur nos plages le 19 août 1942.

Soeur Agnès-Marie est décédée ce jeudi 19 avril 2018 au monastère de Thibermont, près de Dieppe (Seine-Maritime) (©Les Informations dieppoises / Archives))

Soeur Agnès-Marie est décédée ce jeudi 19 avril 2018 au monastère de Thibermont, près de Dieppe (Seine-Maritime) (©Les Informations dieppoises / Archives))

Ce jeudi 19 avril 2018, sœur Agnès-Marie Vallois, membre de la communauté des Augustines de la Miséricorde de Jésus au monastère Sainte-Marie, s’est éteinte à l’âge de 103 ans au monastère de Thibermont, un hameau de Martin-Eglise, près de Dieppe (Seine-Maritime).

Cette religieuse s’est notamment distinguée pendant la Seconde Guerre mondiale, en particulier au moment du raid du 19 août 1942 sur les plages dieppoises. Chaque année, elle participait aux commémorations. Régulièrement, les ministres, diplomates, vétérans, et personnalités canadiennes lui rendaient visite.

Une héroïne pour toute la nation

Figure attachante et emblématique de Dieppe, Sœur Agnès-Marie était un véritable symbole : celui d’une jeune infirmière, d’une jeune religieuse, qui n’a pas hésité à défier l’autorité nazie pour sauver des vies et apporter les premiers soins aux soldats blessés lors du raid du 19 août 1942. Parmi eux, un grand nombre de jeunes Canadiens puisque sur 6 000 soldats alliés engagés dans cette opération, 5 000 venaient du pays à la feuille d’érable. Le Canada a payé, ce matin du 19 août 1942, un lourd tribut et pour ceux qui ont eu la chance de ne pas y laisser leur vie, Sœur Agnès-Marie Vallois a fait figure d’héroïne, une héroïne pour toute une nation.

La nuit du 19 au 20 août, vers 2 heures, sœur Agnès-Marie et une douzaine d’autres infirmières virent arriver de très nombreux soldats blessés, abîmés, à l’Hôtel-Dieu de Rouen, là où est aujourd’hui implantée la préfecture. Des soins sont apportés en dépit des menaces des soldats allemands qui craignaient qu’elles puissent relayer des informations importantes.

Dans les ordres depuis 1936

De toute sa vie, les conséquences du raid du 19 août 1942 lui sont à jamais restées gravées en sa mémoire. Entrée dans les ordres en 1936, cette fille d’un industriel de la corderie dans la vallée du Cailly, s’était formée auprès de la Croix-Rouge pour devenir infirmière sans penser que six plus tard elle entrerait dans l’Histoire. En effet, au Canada, Sœur Agnès-Marie Vallois est connue, respectée.

Sébastien Jumel, le député, a déclaré :

Nous perdons une grande dame de notre histoire. Notre émotion est immense et nous préparons un hommage à la hauteur de son courage et de son engagement.

Nicolas Langlois, le maire de Dieppe, a fait mettre dès hier après-midi les drapeaux en berne sur les édifices municipaux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article