Donald Trump ferme la représentation palestinienne à Washington

Publié le par Radio France Internationnale

Donald Trump ferme la représentation palestinienne à Washington

Les Etats-Unis ont décidé de fermer la représentation diplomatique de l'OLP, l'Organisation de libération de la Palestine, à Washington. Cette décision intervient après l'annonce de la suspension de l'aide financière américaine dans les territoires palestiniens ainsi que la fin de la contribution des Etats-Unis au budget de l'UNRWA, l'agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens.

Siège de la représentation de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Washington. SAUL LOEB / AFP

Siège de la représentation de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Washington. SAUL LOEB / AFP

L’ambassadeur palestinien aux Etats-Unis a confirmé à RFI que l’administration Trump a officiellement informé l’OLP de la fermeture de sa représentation diplomatique à Washington.

Hussam Zomlot, interrogé par notre correspondant à Jérusalem Guilhem Delteil, rappelé à Ramallah en mai dernier après le déménagement de l'ambassade américaine en Israël, l'a rapidement dénoncée : « Nous condamnons cette évolution dans les termes les plus forts. Nous considérons que c'est une escalade imprudente de la part de cette administration et la confirmation qu'ils ont adopté et qu'ils mettent en place la liste de voeux du gouvernement israélien, leur liste de courses si vous me permettez ».

Pour Hussam Zomlot, cette décision ne fait que renforcer la stratégie palestinienne. Il affirme que les procédures seront accélérées pour poursuivre Israël devant la Cour pénale internationale. Et que les liens avec le peuple américain, selon lui de plus en plus réceptif au combat palestinien, seront renforcés : « Notre second engagement après la décision d'aujourd'hui est de doubler, tripler, quadrupler nos efforts à l'égard du peuple américain. Nous ne permettrons pas au gouvernement israélien ni à l'administration américaine d'inverser le sens de l'histoire ».

Désormais privée d'une représentation diplomatique, la direction de l'OLP entend s'appuyer sur la communauté palestinienne aux Etats-Unis. « S'il ferme une adresse dans le pays, il en reste plus d'un demi-million », assure Hussam Zomlot.

Confirmation de Washington

Cette nouvelle mesure a été confirmée quelques heures plus tard par l'administration américaine dans un communiqué. Washington accuse les dirigeants palestiniens de n'avoir pas engagé des « négociations directes et significatives avec Israël ». Plus précisément, les Etats-Unis justifient cette fermeture par les démarches palestiniennes visant à poursuivre les dirigeants israéliens devant la Cour pénale internationale pour crime de guerre.

Dans son communiqué annonçant la fermeture du bureau de l’organisation de libération de la Palestine à Washington, la porte-parole du département d’Etat utilise des mots très durs : « les dirigeants de l’OLP ont condamné la plan de paix américain sans même l’avoir encore vu, écrit Heather Nauert. Ils ont refusé de parler avec le gouvernement américain au sujet des efforts de paix ».

Cette décision est la dernière en date d'une série de mesures prises par l'administration Trump contre la direction palestinienne. En janvier 2018, Donad Trump a réduit de moitié l’aide à l’UNRWA, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, puis en août l'administration américaine avait annulé plus de 200 millions de dollars d'aide aux Territoires palestiniens. De son côté, la direction palestinienne a gelé les relations avec les officiels américains depuis la reconnaissance unilatérale, en décembre 2017 par les Etats-Unis, de Jérusalem comme capitale d'Israël.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article