11 novembre 2018 : les sites à visiter pour le centenaire de l'Armistice

Publié le par Le Figaro

11 novembre 2018 : les sites à visiter pour le centenaire de l'Armistice

À l'occasion des commémorations du centième anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, les passionnés d'histoire pourront se rendre dans les nécropoles militaires et les mémoriaux les plus symboliques de ce conflit qui coûta la vie à dix millions de personnes.

11 novembre 2018 : les sites à visiter pour le centenaire de l'Armistice

Quelques centaines de cimetières militaires, nécropoles et autres monuments à travers le nord-est de la France et la Belgique relèvent à l'époque de la Grande guerre. Un projet visant à classer 139 d'entre eux au patrimoine mondial doit être examiné par l'Unesco en 2021. Voici quelques-uns des sites les plus emblématiques.

  • Porte de Menin à Ypres

Des centaines de milliers de soldats de l'Empire britannique se rendant au front passèrent sous cette porte d'Ypres, ville belge théâtre en 1915 de la première attaque au gaz de l'histoire. Y sont gravés les noms de 55.000 soldats du Commonwealth morts sur le champ de bataille jusqu'en 1917. Le «Last Post», la sonnerie aux morts des armées du Commonwealth, y est joué tous les soirs en leur honneur.

  • Mémorial canadien de Vimy

Lors de l'offensive de Vimy (Pas-de-Calais) en avril 1917, quelque 80.000 soldats canadiens jusque-là incorporés dans l'armée britannique conduisirent l'assaut pour la première fois sous leurs propres couleurs. Environ 3.600 d'entre eux furent tués en trois jours. Le Mémorial, un espace de 100 hectares offert au Canada en 1922 par la France, a été érigé en hommage aux 66.000 Canadiens morts pendant le premier conflit mondial sur les 100.000 engagés.

  • Notre-Dame-de-Lorette

Quelque 40.000 soldats français tués au cours de la Première Guerre mondiale reposent dans cette nécropole du Pas-de-Calais. Au pied de l'édifice est installé un «anneau de mémoire», rendant hommage aux 600.000 victimes, de toutes nationalités, du conflit dans le Nord-Pas-de-Calais.

  • Mémorial terre-neuvien de Beaumont-Hamel

Le Parc commémoratif terre-neuvien, dans la Somme, est un espace boisé abritant les vestiges d'un champ de bataille ainsi que trois cimetières et trois mémoriaux. Il est dédié aux soldats canadiens du 1er bataillon du Newfoundland Regiment qui perdit 86% de ses effectifs en moins de 25 minutes le 1er juillet 1916.

  • Mémorial du Commonwealth à Thiepval

Ce mémorial massif de 45 mètres de haut, à Thiepval (Somme) est le plus grand du Commonwealth de par le monde. Y sont gravés les noms des 72.000 soldats du Royaume-Uni et d'Afrique du Sud portés disparus entre 1914 et 1918 dans la Somme.

  • Mémorial australien de Villers-Bretonneux

C'est dans cette ville de la Somme que le 25 avril 1918, les soldats australiens et britanniques percèrent les lignes allemandes et empêchèrent l'ennemi de progresser vers l'ouest. Haut d'une trentaine de mètres, le mémorial domine la vallée de la Somme et un cimetière militaire à flanc de coteau.

  • Cimetière allemand de Veslud

À l'arrière du front du Chemin des Dames, dans l'Aisne, ce cimetière est considéré comme l'un des plus beaux de la Grande Guerre par son environnement boisé et son aménagement paysager. Les corps de 1.704 soldats allemands y reposent.

Édifiée en 1923, la Nécropole de Douaumont accueille les ossements de 130.000 soldats français et allemands retrouvés sur ce champ de bataille qui vit tomber plus de 300.000 d'entre eux entre février et décembre 2016. Parmi les autres sites du secteur figure la légendaire Tranchée des Baïonnettes, une section de tranchée dans laquelle furent ensevelis les corps de soldats français, leurs fossoyeurs plantant ensuite verticalement les fusils des morts pour signaler la sépulture collective.

  • Site du Hartmannswillerkopf

Sommet stratégique, le Hartmannswillerkopf (aussi connu comme le Vieil Armand), en Alsace, offre une vue plongeante sur la plaine rhénane. Les lignes françaises et allemandes y étaient parfois distantes d'une vingtaine de mètres. Quelque 7.000 soldats des deux camps périrent dans le secteur entre 1914 et 1918. L'ensemble mémoriel comprend une nécropole, un monument national et une crypte, ainsi que le cimetière allemand des Uhlans situé en pleine forêt.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article