« Chargée d'histoire » : la maison de Landru à vendre

Publié le par Le Point

« Chargée d'histoire » : la maison de Landru à vendre

La demeure du célèbre tueur en série français du début du XXe siècle est en vente depuis maintenant plusieurs semaines, rapporte « L'Écho républicain ».

Landru fut guillotiné en 1922. AFP

Landru fut guillotiné en 1922. AFP

« Très belle maison chargée d'histoire », précise l'annonce, repérée par L'Écho républicain, qui vante « cette maison de maître de plus de 180 mètres carrés (...) dans un parc arboré de 6 000 mètres carrés », le tout pour 450 000 euros. Une bonne affaire pour un bien de ce type et de cette taille dans ce coin des Yvelines, à Gambais. Seulement, les nouveaux propriétaires devront faire avec un historique pas banal. Entre 1915 et 1919, Henri Désiré Landru y a assassiné, découpé en morceaux et brûlé sept de ses onze victimes.

Le « Barbe bleue » de Gambais brûlait les corps de ses victimes dans le poêle, aujourd'hui propriété de l'humoriste Laurent Ruquier, et utilisait le barbecue de la cuisine pour parachever son sinistre office. Un barbecue qui serait encore en place dans la demeure en vente, précise Le Parisien . D'autant que la suite de l'histoire de la maison n'a pas été de tout repos, comme l'a raconté à L'Écho républicain Paulette, née au début des années 30 : « Au début de la guerre, une nurse qui travaillait ici promenait un jour les chiens de la maison lorsqu'elle a chuté sur le bord du chemin : les molosses l'ont alors dévorée. Puis il y a eu un suicide. Rien que d'en parler, j'en ai le sang glacé. »

« Cela devient très compliqué »

Un sentiment dont Gaëtan, agent immobilier chargé de cette vente, se fait l'écho au Parisien : « Beaucoup de gens du coin nous ont appelés, car tout le monde, ici, connaît cette propriété. Nous avons reçu quelques clients intéressés. Mais, dès que j'aborde l'histoire, cela devient très compliqué… » Pour les intéressés, des travaux sont à prévoir pour redonner à la maison son lustre d'antan.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article