Meuse : des ossements très anciens découverts sur le site de la Côte Saint-Germain à Lion-devant-Dun

Publié le par Pascal Isch

Meuse : des ossements très anciens découverts sur le site de la Côte Saint-Germain à Lion-devant-Dun

Sur cette butte, les habitants du village ont enterré leurs morts dès le XIVe siècle. Ils ont été découverts lors des travaux de défrichement effectués par un collectif local. Il s’agirait des vestiges d’un ancien cimetière.
 

Le docteur Bruno Frémont explique l’ancienneté de ces ossements aux enquêteurs. Photo Franck LALLEMAND
Le docteur Bruno Frémont explique l’ancienneté de ces ossements aux enquêteurs. Photo Franck LALLEMAND
Le docteur Bruno Frémont explique l’ancienneté de ces ossements aux enquêteurs. Photo Franck LALLEMAND
Le docteur Bruno Frémont explique l’ancienneté de ces ossements aux enquêteurs. Photo Franck LALLEMAND
Le docteur Bruno Frémont explique l’ancienneté de ces ossements aux enquêteurs. Photo Franck LALLEMAND
Le docteur Bruno Frémont explique l’ancienneté de ces ossements aux enquêteurs. Photo Franck LALLEMAND
Le docteur Bruno Frémont explique l’ancienneté de ces ossements aux enquêteurs. Photo Franck LALLEMAND
Le docteur Bruno Frémont explique l’ancienneté de ces ossements aux enquêteurs. Photo Franck LALLEMAND
Le docteur Bruno Frémont explique l’ancienneté de ces ossements aux enquêteurs. Photo Franck LALLEMAND

Le docteur Bruno Frémont explique l’ancienneté de ces ossements aux enquêteurs. Photo Franck LALLEMAND

«Observez cette tuile vernissée, il y avait peut-être sur ce site un sanctuaire ou un ermitage. » Bruno Frémont, le médecin légiste arpente aux côtés des gendarmes de la communauté de brigades de Dun-sur-Meuse et du commandant de la compagnie de Verdun, Damien Mathieu, la butte fraîchement défrichée de la Côte Saint-Germain à Lion-devant-Dun. Ce mercredi matin, les gendarmes ont été avertis par le maire de la commune, Daniel Windels, que des ossements ont été découverts sur ce site : « On a monté un collectif dans le village pour promouvoir la Côte Saint-Germain dont la vue sur le Val Dunois est magnifique », précise Daniel Windels. « C’est pour cela que notre collectif a entrepris des travaux de défrichage dans l’optique de créer un parcours de santé et mettre en valeur nos sentiers de randonnée. »

« On remarque des ossements d’enfants et d’adolescents »

Dès qu’ils ont été prévenus, les gendarmes ont fait appel au technicien d’identification criminelle de Bar-le-Duc, mais très vite, ils ont pu constater l’ancienneté de ces ossements. Dans un premier temps, ils ont pensé qu’ils appartenaient à des soldats américains morts sur cette butte durant la fin de la Grande Guerre. Une stèle rendant hommage aux hommes de la cinquième division américaine qui ont conquis la Côte Saint-Germain le 6 novembre 1918 est d’ailleurs érigée sur le site. Mais dès son arrivée, Bruno Frémont a remarqué que les ossements trouvés par les enquêteurs étaient secs et donc plus anciens que ceux de la Grande Guerre. « Il s’agit bien d’ossements humains, mais parmi ceux-ci on remarque ceux d’enfants et d’adolescents », révèle le médecin légiste. « Il y a des morceaux d’humérus, de péroné, de tibia, de tête fémorale et de cubitus, mais aussi une mandibule. Ils sont cassés, broyés, manipulés, brassés sans doute par les engins qui ont effectué ces travaux. La multitude ces fragments humains laisse à penser qu’il s’agit d’un ancien cimetière. »

D’ailleurs les historiens locaux affirment que les villageois enterraient leurs morts à la Côte Saint-Germain dès le XIVe siècle (vers 1300). « La présence de tuiles vernissées, ou de tuiles simples laisse à penser que l’endroit était jadis habité. D’où cette idée d’envisager la présence ancienne d’un ermitage et d’un sanctuaire. »

En tout cas, ce lieu situé au sommet d’une côte à 336 m d’altitude et qui est aujourd’hui utilisé par les amateurs de parapente, a sans doute inspiré de tout temps chez les hommes, un caractère mystique. C’est encore le cas aujourd’hui, puisqu’une croix est édifiée sur cette hauteur.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article