Etats-Unis : bloquée par le "Shutdown", une brasserie attaque l'administration Trump en justice

Publié le par France Info

Etats-Unis : bloquée par le "Shutdown", une brasserie attaque l'administration Trump en justice

L'entreprise de Washington fait valoir qu'à cause de la paralysie de l'administration américaine, elle ne peut plus distribuer l'une de ses bières.

Etats-Unis : bloquée par le "Shutdown", une brasserie attaque l'administration Trump en justice

Elle est saoulée par le "shutdown" qui, depuis bientôt quatre semaines, paralyse en partie les administrations américaines. La brasserie Atlas Brew Works de Washington, la capitale des Etats-Unis, a porté plainte, mardi 15 janvier, contre le ministre de la Justice par intérim américain, Matthew Whitaker, au motif qu'il lui est impossible de distribuer sa bière.

Faute d'accord budgétaire pour financer le gouvernement en 2019, l'administration fédérale est en partie immobilisée. Quelque 800 000 employés fédéraux sont au chômage forcé ou travaillent sans solde. Parmi eux, les employés de l'administration américaine sur les tabacs et l'alcool, un bureau chargé d'approuver la vente de produits alcoolisés. 

L'administration sur les tabacs et l'alcool fermée

Or aux Etats-Unis, le commerce de nombreux produits, dont l'alcool, entre les différents Etats est conditionné à l'approbation de ce service. Et pendant le "shutdown", ses employés, qui ne sont pas jugés essentiels pour le bon fonctionnement du pays, ne travaillent pas.

C'est le sort de 40 fûts de "The Precious One", une bière devant être exportée en dehors de Washington, qui inquiète particulièrement la brasserie. "Les premiers 40 fûts de The Precious One sont prêts à être consommés. C'est une bière de saison, périssable après 120 jours", explique l'Atlas Brew Works dans sa plainte. Et tant que le "shutdown" persiste, le produit, qui ne peut pas être gardé éternellement dans une cuve à fermentation, ne pourra pas être exporté.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article