75 ans du débarquement en Provence. Macron accueille, jeudi, deux présidents africains et Sarkozy

Publié le par Ouest France avec AFP

Le chef de l’État a invité tous ses prédécesseurs mais seul Nicolas Sarkozy a accepté. La cérémonie aura lieu jeudi 15 août en fin de matinée à la nécropole nationale de Boulouris, près de Saint-Raphaël.
 

Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy assistent à une cérémonie hommage aux combattants de la Seconde Guerre mondiale tués sur le plateau des Glières, près de Thorens-Glières, en France, le 31 mars 2019. | POOL / REUTERS

Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy assistent à une cérémonie hommage aux combattants de la Seconde Guerre mondiale tués sur le plateau des Glières, près de Thorens-Glières, en France, le 31 mars 2019. | POOL / REUTERS

Emmanuel Macron célèbre jeudi 15 août le 75e anniversaire du débarquement en Provence, aux côtés des présidents ivoirien Alassane Ouattara et guinéen Alpha Condé, ainsi que de son prédécesseur Nicolas Sarkozy, a-t-on appris lundi 12 août auprès de l’Élysée. Le chef de l’État a invité tous ses prédécesseurs mais seul Nicolas Sarkozy a accepté, a précisé la présidence.

La cérémonie aura lieu jeudi en fin de matinée à la nécropole nationale de Boulouris, près de Saint-Raphaël, où reposent 464 combattants de la 1re armée française.

Saluer la contribution des soldats des anciennes colonies françaises

Le débarquement allié en Provence du 15 août 1944 a été mené par les forces américaines et françaises, parties d’Afrique du Nord, de Corse et d’Italie du Sud. Elles incluaient 260 000 combattants de la 1re armée française dirigée par le général de Lattre de Tassigny, composée principalement de soldats venus d’Afrique du Nord et d’Afrique subsaharienne.

Traditionnellement, la commémoration du débarquement en Provence est l’occasion de saluer la contribution des soldats des anciennes colonies françaises à la Libération. Lors du 50e anniversaire, 18 pays africains avaient été représentés et pour le 60e, une quinzaine de chefs d’État d’Afrique noire et du Maghreb étaient présents.

À l’automne dernier, pour les cérémonies de la fin de la Première guerre mondiale, Emmanuel Macron et son homologue malien Ibrahim Boubakar Keïta avaient aussi rendu hommage aux quelque 200 000 Africains qui avaient combattu dans l’armée française durant la Première guerre mondiale.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article