Mort de Pierre Péan : Mitterrand, VGE... Ses enquêtes choc

Publié le par linternaute par Martin Lemaire

PIERRE PEAN - Le journaliste d'investigation Pierre Péan est mort ce jeudi à l'âge de 81 ans. Il laisse derrière lui des enquêtes qui auront marqué (et parfois fait trembler) la politique française.
 

Mort de Pierre Péan : Mitterrand, VGE... Ses enquêtes choc

[Mis à jour le 26 juillet 2019 à 14h33] Pierre Péan est décédé ce jeudi 25 juillet dans la soirée indique L'Obs. Âgé de 81 ans et originaire de Sablé-sur-Sarthe, le journaliste et écrivain était connu pour ses enquêtes choc. La cause de son décès n'a pas été précisée. Pierre Péan revendiquait le terme d'''enquête", qu'il préférait à l'expression "journalisme d'investigation". Selon L'Obs, il jugeait celle-ci "trop inquisitoriale, trop accusatoire, trop 'yankee'" et estimait que le terme "enquête" était "plus conforme à l'esprit français". Le magazine rappelle également sa "vision humaniste et bienveillante de son métier".

Les grandes enquêtes de Pierre Péan

Mais Pierre Péan était sûrement connu pour le contenu de ses enquêtes et les révélations choc qu'elles apportaient. Celles-ci portaient sur des sujets aussi variés que l'Afrique, les médias ou la politique française. C'est souvent à travers des livres que Pierre Péan rendait publiques ses enquêtes : "Affaires africaines", sur les relations entre la France et le Gabon, "TF1, un pouvoir", sur l'empire de la première chaîne française ou encore "Une jeunesse française : François Mitterrand 1934-1947", sur l'appartenance du président socialiste à la droite pétainiste pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ce fut d'ailleurs l'un de ses best-sellers, sorti en 1994, dans lequel Mitterrand se confie au journaliste pour la première fois sur le sujet. Pierre Péan est également l'auteur d'une enquête sur Valéry Giscard d'Estaing, publiée cette fois dans le Canard Enchaîné, l'un des nombreux médias avec lesquels le journaliste a collaboré. En 1979, VGE est encore au pouvoir, alors que les élections présidentielles se profilent dans deux ans. En octobre, cette année-là, le "Canard" publie l'enquête de Péan, qui révèle que le chef de l'Etat de l'époque s'était vu offrir des diamants par Bokassa 1er, l'empereur de Centrafrique, dans les années 1970.

Pierre Péan : les médias d'aujourd'hui au "pilori de l'instantané"

L'affaire avait eu une résonance considérable et est encore considérée aujourd'hui comme la possible cause de la défaite de Valéry Giscard d'Estaing à l'élection présidentielle de 1981 face à François Mitterrand. Ces dernières années, Pierre Péan avait publié des ouvrages sur d'autres personnalités politiques de premier plan, comme Jacques Chirac ("L'autre Chirac", 2016) ou encore Jean-Marie Le Pen ("Le Pen, une histoire française", 2012).

"C'est terrible. Le Patron, Pierre Péan, mon ami, est parti ce soir", s'est alarmé Christophe Nick, l'ami de Pierre Péan avec qui il a publié l'enquête sur TF1, à l'annonce de sa mort. Il salue "l'un des plus grands journalistes d'enquête français".  "Pierre Péan avait fait du journalisme d'enquête une aventure. Il aura marqué l'histoire de la presse et de l'édition française avec la puissance de sa curiosité et de ses convictions. Il était généreux et mettait sa générosité au service des lecteurs", a abondé Christophe Deloire, le secrétaire général de l'ONG Reporters sans Frontières. Ces dernières années, Pierre Péan avait livré un regard assez sceptique sur le métier de journaliste, cloué, selon lui, au "pilori de l'instantané".

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article