1969 : un dossier sur le sexe interdit dans les Archives de l'Etat

Publié le par RTBF par François Braibant

Frou-frou, Flirt, Glamour photo, et plusieurs dizaines d'autres titres. Nous ne sommes pas dans le petit Spirou. C'est un dossier très sérieux qui vient de faire surface aux Archives de l'Etat. Un dossier vieux de cinquante ans avec des listes de publications interdites que le procureur général signale aux procureurs du roi, commissaires de police, commandants de gendarmerie et gardes-champêtres. Des publications qui auraient pu valoir des ennuis aux libraires qui se seraient risqués à les vendre. Aujourd'hui, une bonne partie de ces titres prête à sourire. 

Extrait d'une liste de publications érotiques interdites - Archives de l'Etat - RTBF - François Braibant

Extrait d'une liste de publications érotiques interdites - Archives de l'Etat - RTBF - François Braibant

Frénésie amoureuse', 'Meunière tu ne dors pas'

"Les revues signalées sont éditées un peu partout" remarque l'historien Bernard Wilkin. "En Suède, au Danemark, à Londres et aussi à Bruxelles et à Anvers. Avec des noms révélateurs comme 'la parade du glamour tour'. On a aussi des titres de livres interdits : 'Brigitte et l'amour', 'Brigitte ou perversité', 'Frénésie amoureuse', 'Meunière tu ne dors pas'. On y trouve encore des publications destinées à un public gay, qu'à l'époque les parquets considéraient comme immoral.

Les titres des livres prêtent souvent à sourire. Dans la majorité des cas, il s'agit d'ouvrages à caractère plus ou moins érotique qui n'ont plus, à l'heure actuelle, avec nos valeurs morales, de caractère vraiment choquant. Par contre, on peut soupçonner la présence parmi ces listes de publications beaucoup plus sinistres de type pédophile.

Ces lettres des procureurs et ces listes de publications présentent un intérêt certain pour l'historien. Ils montrent l'évolution des mœurs. Tout ceci fait aussi partie de notre histoire culturelle et sociale." 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article