Des soupçons de blanchiment de fraude fiscale pèsent sur Raymond Barre

Publié le par Valeurs Actuelles

L’ex-Premier ministre aurait dissimulé quelque 11 millions de francs suisses au fisc.

Raymond Barre en 1978. Photo UNIVERSAL PHOTO/SIPA

Raymond Barre en 1978. Photo UNIVERSAL PHOTO/SIPA

Un magot en Suisse. Dans son édition de mercredi, le Canard enchaîné révèle que Raymond Barre, ancien chef du gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing, aurait dissimulé une fortune s’élevant à environ 11 millions de francs suisses pendant des années, à Bâle, en Suisse. Soit l’équivalent de 6,8 millions d’euros. Décédé en 2007, l’ex-locataire de Matignon entre 1976 et 1981 fut aussi maire de Lyon et ministre des Finances. 

Une personnalité vivante « pourrait être éclaboussée » par cette révélation

Les enquêteurs ont retracé la piste de la fortune suisse, dont la famille de Raymond Barre a hérité, grâce à un informateur anonyme qui a fourni une copie d’écran émanant du réseau intranet du Crédit suisse en 2013. Sur ce document figure ce qui pourrait être un numéro de compte avec la mention « 11 millions de francs suisses ». Devant le silence de la famille Barre, le fisc a décidé de mener un « examen de la situation fiscale personnelle » de la famille, en exigeant de cette dernière qu’elle justifie la provenance de l’ensemble de ses revenus et de son patrimoine, qui était évalué à 13,6 millions d’euros à la mort de Raymond Barre, le 25 août 2007. Selon les informations du Canard enchaîné, l’avocat des enfants de l’ancien Premier ministre est entré en contact en 2013 avec les services fiscaux, expliquant que ses clients souhaitaient régulariser la situation en échange d’une promesse de n’engager aucune poursuite pénale. « Il y a une personnalité toujours en vie qui pourrait être éclaboussée par cette affaire si l’existence du compte suisse était révélée », avait-il plaidé… 

Information judiciaire ouverte en 2016

Finalement, la Commission des infractions fiscales n’a jamais été saisie par le gouvernement. A l’époque, c’était la seule institution capable de traiter cette affaire. Seulement, en parallèle, le directeur général des Finances publiques Bruno Bézard avait, lui, informé le parquet national financier d’un possible « blanchiment de fraude fiscale » de la part de la famille Barre. Une information judiciaire avait ensuite été ouverte dans le plus grand secret en 2016, après deux ans d’enquête préliminaire. Mais, selon le Canard, cette information semble être au point mort, et les héritiers de Raymond Barre ont simplement réglé au fisc français un million d’euros de pénalités, rectifications et intérêts de retard. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article