Restitution des biens juifs: les États-Unis mettent la Pologne sous pression

Publié le par RTBF par AFP Agence

La majorité des sénateurs américains ont invité le secrétaire d’État Mike Pompeo à «agir avec audace» pour que Mateusz Morawiecki résolve «le plus rapidement possible» la question des réparations des spoliations nazies durant la Seconde Guerre mondiale.

Mike Pompeo (à droite sur la photo) invite le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki (à gauche sur la photo) à restituer les biens juifs pillés par les Nazis. JANEK SKARZYNSKI/AFP

Mike Pompeo (à droite sur la photo) invite le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki (à gauche sur la photo) à restituer les biens juifs pillés par les Nazis. JANEK SKARZYNSKI/AFP

Les sénateurs américains ont demandé au secrétaire d’État Mike Pompeo d’aider la Pologne à restituer les biens juifs pillés par les nazis. «Dans les décennies qui ont suivi la chute du rideau de fer, les survivants juifs de l’Holocauste d’origine polonaise et leurs familles, ainsi que d’autres personnes, ont trouvé cela presque impossible de demander réparation pour les biens nationalisés par le régime communiste polonais», ont écrit dans une lettre 88 élue de la chambre haute du Congrès.

En février, Mike Pompeo avait déjà invité la Pologne «à adopter une loi qui permettrait de restituer les biens à ceux qui les ont perdus pendant l’Holocauste». Des remarques mal accueillies en Pologne, où le gouvernement considère que la question de la restitution est «définitivement réglée» et que la loi américaine de 2017, qui exige que le département d’État américain surveille les progrès de Varsovie en la matière, n’aura pas d’impact.

Une «victoire posthume d’Hitler»

Dans une déclaration commune, le sénateur républicain Marco Rubio et la démocrate Tammy Baldwin ont souligné que des survivants de l’Holocauste et des organisations de défense de droits civiques ont salué l’initiative. Varsovie et Washington ont longtemps coopéré sur des questions de sécurité, mais les alliés restent en désaccord sur cette question.

En février, le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, estimait que «ce sujet n’existe pas». «Il n’y a aucun danger pour la Pologne. C’est la Pologne qui fut victime et non le bourreau», a-t-il insisté ajoutant que l’Allemagne n’a jamais indemnisé «la Pologne pour les pertes infligées par la politique criminelle du Troisième Reich». En mai dernier il a rajouté qu’une éventuelle restitution des biens juifs accaparés depuis l’Holocauste constituerait une «victoire posthume d’Hitler» sur la Pologne, des propos dénoncés par le Congrès juif mondial (CJM).

Parmi les six millions de Juifs exterminés par les nazis, trois millions étaient originaires de Pologne, soit environ 90 % de la population juive du pays.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article