Affaire Xavier Dupont de Ligonnès. Le fugitif arrêté à Glasgow vivait en Écosse et s’était remarié

Publié le par Ouest-France

Xavier Dupont de Ligonnès, soupçonné d’avoir tué sa famille à Nantes en 2011, aurait été arrêté, ce vendredi 11 octobre, à l’aéroport de Glasgow, en Écosse.

Un document de la société nantaise de tir avec la photo de Xavier Dupont de Ligonnes, le 23 avril 2011. | JEAN-SEBASTIEN EVRARD / ARCHIVES AFP

Un document de la société nantaise de tir avec la photo de Xavier Dupont de Ligonnes, le 23 avril 2011. | JEAN-SEBASTIEN EVRARD / ARCHIVES AFP

Ce qu'il faut retenir 

Un homme arrêté. Un homme aux empreintes digitales correspondant à celles de Xavier Dupont de Ligonnès, a été arrêté ce vendredi à Glasgow, en Ecosse. Il voyageait sous une fausse identité et avait modifié son apparence. Des analyses ADN sont en cours et une équipe de la brigade nationale de recherche des fugitifs s'est envolée pour l'Ecosse afin de l'identifier formellement et définitivement.

Dénonciation. Ce sont des échanges d'informations entre les policiers français et écossais, sur la base d'une « dénonciation anonyme», qui ont permis l'arrestation du fugitif, âgé de 58 ans, selon une source proche de l'enquête.

Passeport volé. L'homme voyageait avec un passeport français volé en 2014, et aurait très probablement passé une partie de sa cavale au Royaume-Uni.

Perquisition. Une perquisition, qui s'est terminée vers 0 h 30, a eu lieu dans une maison de Limay, dans les Yvelines. Cette adresse est celle qui figure sur son passeport, selon une source proche du dossier.

01h57

Ce direct est maintenant terminé. Merci de votre fidélité. Retrouvez plus d'informations sur l'arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès tout au long de la journée de ce samedi sur notre site internet.

01h32

Aperçu pour la dernière fois dans le Var en 2011. Xavier de Ligonnès, 50 ans, avait été vu pour la dernière fois le 15 avril 2011 par un témoin, s’éloignant à pied de l’hôtel Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens (Var) où il venait de dormir. C’est la, en bordure de l’autoroute A8, qu'il avait a passé la nuit avant de disparaître pendant plus de huit ans. 

01h07

Une voisine témoigne. Marie Semelin de BFMTV explique qu’elle a, elle aussi, interviewé une riveraine de ce pavillon de Limay dans les Yvelines. Que l’homme qui vit dans cette maison « depuis 5-6 ans est un jeune retraité ». Que pour elle, ça n’est « pas possible que ce soit Xavier Dupont de Ligonnès  ». Qu’il ne ressemble pas du tout aux photos connues du principal suspect du quintuple meurtre de Nantes. Et qu’il vivait avec sa mère avant qu’elle ne décède.  

01h04

Fin de la perquisition dans les Yvelines

 00h46

Le procureur de Nantes appelle à la prudence. Le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, a appelé ce vendredi soir à la « prudence  » quant à l'identité de l'homme interpellé en Ecosse. « Demain (samedi NDLR) il y a des équipes d'enquêteurs du service national de recherche des fugitifs et de la police judiciaire de Nantes qui vont se rendre en Ecosse. Ils vont donc faire des vérifications auprès de la personne qui a été arrêtée à l'aéroport pour s'assurer que c'est bien M. Dupont de Ligonnès. En l'attente de ces vérifications il convient d'être prudents » a prévenu Pierre Sennès.

00h38

Des précisions sur la maison de Limay.

Tiphaine Pioger, journaliste de LCI, se trouvait il y a quelques minutes à Limay devant le pavillon qui vient d’être perquisitionné. Elle déclare avoir interviewé une voisine qui confirme que c’est « un homme seul qui vivait dans cette maison ». Qu’il a quitté le pavillon ce matin et que « les volets ont été fermés toute la journée ». La voisine a également déclaré à la journaliste de LCI que cet homme avait « rencontré une femme en Ecosse » et qu’il faisait beaucoup de voyages. Vers minuit et demi, la chaîne de télévision a filmé la sortie des enquêteurs qui ont refermé le portail du pavillon. On a aussi pu apercevoir un expert de la police technique et scientifique entièrement vêtu d’une combinaison blanche.

00h31

Les doutes de l'avocat de la famille de Ligonnès. Me Stéphane Goldenstein défend les intérêts de Geneviève et Christine Dupont de Ligonnès, la mère et une sœur de Xavier Dupont de Ligonnès. Dans un entretien accordé à Presse Océan, il reste dubitatif à l’annonce de l’arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès. « Je ne suis pas sûr que ce soit lui (...) J’entends les médias parler d’empreintes digitales. Je ne sais pas comment ils ont les empreintes de Xavier Dupont de Ligonnès. Moi, objectivement, je ne les ai pas dans mon dossier. Cela me paraît très surprenant. »

00h24

Des images du pavillon de Limay où se déroule actuellement la perquisition. 

00h12

« On est sous le choc », témoigne une proche d’Agnès, sa femme. « On est un peu sous le choc, explique ce vendredi soir à nos confrères de Presse Océan une proche d’Agnès Hodanger, l’ex-femme de Xavier Dupont de Ligonnès, qui a été assassinée. « Ce qui nous intéresse, ce n’est pas ce qu’il a fait pendant ces huit années Ça, on n’en a pas grand-chose à faire. Ce qui nous intéresse, ce n’est pas non plus le comment, car on sait déjà tout. Ce qui nous intéresse, c’est d’essayer de comprendre pourquoi. Mais je ne suis pas convaincue qu’on le sache un jour… »

00h07

Fausse identité. Selon nos confrères de France Info, Xavier Dupont de Ligonnès a voyagé sous l'identité de Guillaume Joao, domicilié à Limay (Yvelines). C'est pour cela qu'une perquisition est actuellement menée à cette adresse.

23h56

Des tests ADN en cours. Laura Kalmus, correspondante pour France Info au Royaume-Uni, vient d’expliquer en direct sur la chaîne de télévision avoir eu la police écossaise au téléphone, ce vendredi soir. La police lui a confirmé que Xavier Dupont de Ligonnès est en garde à vue dans un commissariat de Glasgow. Des tests d’identification ADN sont également en cours, lui a indiqué la police.

23h48

 Trahi par ses empreintes digitales. « Il faut le voir pour le croire, il est absolument méconnaissable, a déclaré un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur à nos collègues de Presse Océan. S’il n’y avait pas les empreintes, on ne penserait pas que c’est lui. »

23h35

Xavier Dupont de Ligonnès vivait en Ecosse, vient de révéler une source à Ouest-France. Une autre source, très fiable, précise que le fugitif s’était même remarié en Grande-Bretagne. Nous ignorons si c’est de cette femme qu’émane le signalement qui est arrivé aux enquêteurs français.

23h19

Une perquisition en cours. D'après nos confrères du Parisien, une perquisition serait actuellement en cours à Limay, dans les Yvelines. La police soupçonne Xavier Dupont de Ligonnès d'avoir bénéficié d'un point de chute en région parisienne.

 23h03

Comment a-t-il pu tenir toutes ces années ? C'est l'une des questions qui taraudent les enquêteurs, rapporte notre journaliste Jean-François Martin.

23h01

Xavier Dupont de Ligonnès à la Une, forcément. Le journal Ouest-France a bousculé son programme pour faire place à la nouvelle de l'arrestation du fugitif nantais. Voici la Une du journal papier de demain : 

Affaire Xavier Dupont de Ligonnès. Le fugitif arrêté à Glasgow vivait en Écosse et s’était remarié
22h53

Qui est Xavier Dupont de Ligonnès ? En 2018, alors que les enquêteurs pensaient avoir retrouvé sa trace dans un monastère dans le Var, Ouest-France avait exploré la personnalité du fugitif, soupçonné d'avoir tué toute sa famille. Ce portait, actualisé avec son arrestation ce soir, est à (re)lire dans le lien ci-dessous :

https://www.ouest-france.fr/faits-divers/affaire-de-ligonnes/affaire-dupont-de-ligonnes-qui-est-ce-fugitif-tant-recherche-5489687

22h47

Huit années de cavale. Xavier Dupont de Ligonnès est resté hors des radars pendant huit ans, après la mort de toute sa famille, à Nantes, en 2011. Nos confrères de Presse Océan reviennent sur cette incroyable cavale.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/nantes-44000/nantes-xavier-dupont-de-ligonnes-retour-sur-huit-annees-d-une-folle-cavale-05b89444-ec5a-11e9-990e-166af1ec05fa

(ARCHIVES PRESSE OCEAN)

(ARCHIVES PRESSE OCEAN)

22h42

Retour sur une affaire hors norme en une infographie :

Affaire Xavier Dupont de Ligonnès. Le fugitif arrêté à Glasgow vivait en Écosse et s’était remarié
22h42

On le croyait mort. Beaucoup de gens pourront dire qu’ils pensaient Xavier Dupont de Ligonnès encore vivant. Mais la vérité, c’est que la plupart le pensaient mort. Pas tous. Les enquêteurs, eux, n’ont pas lâché. Lisez l'analyse de notre journaliste nantais Thomas Heng, qui suit l'affaire de très près.

https://www.ouest-france.fr/faits-divers/affaire-de-ligonnes/xavier-dupont-de-ligonnes-arrete-c-est-plutot-un-mort-qui-etait-recherche-6560985

(ARCHIVES OUEST-FRANCE)

(ARCHIVES OUEST-FRANCE)

22h39

Trahi par une "dénonciation anonyme".  Les policiers français ont alerté leurs homologues écossais après avoir reçu une "dénonciation anonyme", selon une source proche du dossier. Cette "information" est parvenue trop tard pour qu'il y ait une intervention sur le sol français, a-t-on expliqué de même source. Les enquêteurs français ont prévenu la police écossaise que Xavier Dupont de Ligonnès se trouvait dans l'avion et lui ont "transmis des moyens d'identification", a-t-on ajouté. Il a ensuite été cueilli sur le sol écossais.

22h34

Les enquêteurs en route vers l'Écosse. Une équipe française doit se rendre à Glasgow, a-t-on appris de l'une de ces sources proches de l'enquête.

22h26

"Il était méconnaissable". C'est ce qu'a affirmé une source policière à Ouest-France à propos de Xavier Dupont de Ligonnès

22h09

Repéré à Paris, arrêté à Glasgow. D'après les premiers éléments de l'enquête, "XDDL" a été repéré par les policiers à l'aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle avant l'embarquement mais les policiers n'ont pas eu le temps d'intervenir et ont prévenu Interpol.  son arrivée à Glasgow, il a été contrôlé, et selon la police écossaise, ses empreintes correspondent à celles de Xavier Dupont de Ligonnès, ont rapporté à l'AFP des sources françaises proches de l'enquête.

Xavier Dupont de Ligonnès, soupçonné d’avoir tué sa femme et ses quatre enfants en 2011 à Nantes et activement recherché depuis, aurait été arrêté, vendredi 11 octobre, à l’aéroport de Glasgow (Écosse), a annoncé à l’Agence France Presse (AFP) une source proche de l’enquête, confirmant une information du Parisien.

L’homme avait été repéré par les policiers à l’aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle avant l’embarquement mais les policiers n’ont pas eu le temps d’intervenir et ont prévenu Interpol. À son arrivée à Glasgow, il a été contrôlé, et selon la police anglaise, ses empreintes correspondent. « Il était méconnaissable », a affirmé une source policière à Ouest-France.

« Dénonciation anonyme »

Les enquêteurs français étaient en route vendredi soir pour Glasgow, a-t-on appris de l’une de ces sources proches de l’enquête. Selon une autre source proche interrogée par l’AFP, il voyageait avec un passeport français volé en 2014, et il aurait passé très probablement une partie de sa cavale au Royaume-Uni. Il a été arrêté à Glasgow après une « dénonciation anonyme », toujours selon une source proche de l’enquête.

Depuis huit ans, cet homme était activement recherché. À maintes reprises, des signalements sont parvenus aux enquêteurs dont les milliers de procès verbaux rédigés n’ont pas permis de dire s’il était mort ou vivant, s’il avait pu organiser sa fuite ou s’il s’était suicidé.

Xavier Dupont de Ligonnès avait été aperçu pour la dernière fois en avril 2011 : le 14 avril, il avait été filmé par la caméra d’un distributeur de billets, et le 15, il avait quitté à pied un hôtel avec, sur le dos, un étui pouvant contenir une carabine.

Six jours plus tard, les corps de sa femme et de ses quatre enfants étaient découverts, enterrés sous la terrasse de leur maison à Nantes. Agnès Dupont de Ligonnès, 48 ans, et ses quatre enfants, Arthur, 21 ans, Thomas, 18 ans, Anne, 16 ans, et Benoît, 13 ans ont été tués à la 22 Long Rifle, vraisemblablement deux semaines plus tôt, entre le 3 et le 5 avril, d’au moins deux balles dans la tête.

Avec six jours de retard sur le père de famille, les enquêteurs avaient alors remonté le fil de son emploi du temps, sans percer l’énigme. Malgré un mandat d’arrêt international lancé contre lui, il n’avait jamais été retrouvé.

Plusieurs opérations et campagnes de fouilles ont été menées dans le Var, département où la famille Dupont de Ligonnès avait habité dans les années 1990, notamment après des découvertes de cadavres non identifiés.

Une pincée de théorie du complot -née d’un courrier du père à neuf de ses proches, affirmant qu’il allait être exfiltré vers les États-Unis en raison de sa supposée vie d’agent double -, une famille en apparence tout à fait classique, une préparation qui semble méthodique et une certaine mise en scène de la disparition du père sont venues nourrir l’intérêt pour cette affaire hors du commun.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article