Forbach - Histoire - Ce qu’était le cinéma en Moselle sous l’emprise des nazis

Publié le par Le Républicain Lorrain par Josette Briot

En janvier 2018, Anthony Rescigno a soutenu sa thèse de doctorat sur les films allemands en Moselle annexée par l’Allemagne nazie. Le jeune docteur, natif de Forbach, animera, samedi 5 octobre, une conférence sur ce sujet dans les locaux de l’Agglo. Un rendez-vous proposé par le cercle d’histoire locale Die Furbacher.

Photo HD Anthony Rescigno, 30 ans, a soutenu sa thèse à Metz en janvier 2018. Le jeune chercheur poursuit son travail sur les cinémas en Moselle durant l’Annexion. Il prépare un documentaire sur le sujet.  Photo archives RL

Photo HD Anthony Rescigno, 30 ans, a soutenu sa thèse à Metz en janvier 2018. Le jeune chercheur poursuit son travail sur les cinémas en Moselle durant l’Annexion. Il prépare un documentaire sur le sujet. Photo archives RL

« À travers le cinéma, j’ai cherché à mettre en lumière tout un pan du quotidien des gens pendant la guerre, de la sociabilité », indique Anthony Rescigno. Natif de Forbach, le jeune historien a soutenu, en janvier 2018 à Metz, sa thèse sur « Les films allemands en Moselle annexée par l’Allemagne nazie (1940-1945) : l’histoire d’un plaisir oublié. »

Ce samedi 5 octobre, à l’invitation du cercle d’histoire locale Die Furbacher, le docteur en études cinématographiques animera une conférence à 16 h, à la Communauté d’agglomération de Forbach. Le trentenaire y parlera de cette période où les cinémas de Moselle étaient sous l’emprise des nazis. « En lien direct avec mon sujet de thèse. En pointant plus la situation des salles en Moselle-Est », précise le chercheur, très content de ce retour aux sources. « Car tout a commencé à Forbach », dit cet ancien élève du lycée Jean-Moulin, passionné depuis son adolescence par l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Il est d’ailleurs l’auteur, en 2010, d’un documentaire sur le siège de Forbach.
 

Le marché des films allemands décrypté

« J’ai commencé mes premières recherches en réalisant un entretien avec Lucien Honnert, membre des Furbacher et un ami à lui, qui m’ont donné les premières pistes pour développer mon sujet. Grâce à leurs témoignages, je me suis rendu compte des enjeux que représentait le cinéma pour les jeunes Mosellans pendant la guerre. C’était la seule activité de loisirs, le divertissement qui leur permettait de se projeter ailleurs, dans un autre monde, de vivre par procuration », explique l’historien, dont l’étude décrypte de façon pointue le marché des films allemands pendant l’Annexion, la politique locale du cinéma mise en place par les autorités nazies, la programmation des films, leur circuit et leur consommation par les spectateurs locaux. « Samedi, j’exposerai comment le cinéma s’est organisé dès les débuts de l’Annexion. Quels étaient les types de films et les plus grandes œuvres programmées dans notre région. J’en présenterai quelques extraits ainsi que des témoignages de spectateurs que j’ai recueillis », annonce le conférencier, qui s’est également interrogé sur les effets des films de propagandes sur le public de l’époque.

Aujourd’hui, Anthony Rescigno poursuit ses recherches sur le sujet. « Je continue de les présenter à des colloques et des séminaires », précise le Messin d’adoption, très soucieux d’étoffer son CV. « C’est important, d’autant plus que j’aimerais travailler comme enseignant chercheur à l’université. » Il est également en train d’écrire un documentaire en lien avec sa thèse.

Conférence « Quand les cinémas de Moselle étaient sous l’emprise des nazis » animée par Anthony Rescigno, samedi 5 octobre à 16 h, à la salle des séances de la Communauté d’agglomération de Forbach, 110 rue des Moulins. Entrée libre.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article