L'homme arrêté en Écosse n'est pas Dupont de Ligonnès

Publié le par Le Dauphiné

L'homme arrêté vendredi soir, à Glasgow, n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès selon les analyses ADN. 

Photo AFP

Photo AFP

Les dernières informations

- L'homme arrêté à l’aéroport de Glasgow, parce que ses empreintes digitales correspondaient à celles de Xavier Dupont de Ligonnès selon la police écossaise, n’est pas le suspect de la tuerie de Nantes en 2011, selon les résultats samedi d’un test ADN.

- Ce dernier avait été contrôlé et arrêté sur la base d’une "dénonciation anonyme", selon des sources françaises proches de l’enquête. Selon la police écossaise, ses empreintes correspondaient à l’homme recherché après le meurtre de sa femme et ses quatre enfants, l’une des plus mystérieuses énigmes criminelles des dernières décennies.

13h43 : Dans un tweet, la Cour d’appel de Rennes (dont dépend Nantes), a demandé ce samedi de "respecter les familles des victimes et la présomption d’innocence". "Instruit depuis le départ par les juges d’instruction de Nantes, le dossier continuera à l’être dans la même sérénité et impartialité", a-t-elle écrit.

13h41 : Pour rappel, il avait été contrôlé et arrêté sur la base d’une "dénonciation anonyme", selon des sources françaises proches de l’enquête. Selon la police écossaise, ses empreintes correspondaient à l’homme recherché après le meurtre de sa femme et ses quatre enfants.

12h42 : L'homme arrêté vendredi à Glasgow n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès. Le test ADN fait par les Écossais est négatif. 

12h35 : Les empreintes digitales relevées dans la maison de Limay, dans les Yvelines, ne correspondent pas à celles de Xavier Dupont de Ligonnès, selon Franceinfo et BFMTV.

11h51 : Les policiers français sont arrivés à Glasgow.

11h16 : D’après le quotidien Daily Record de Glasgow, un porte-parole de la police écossaise a déclaré vendredi soir : "Le vendredi 11 octobre 2019, un homme a été arrêté à l'aéroport de Glasgow et est toujours en garde à vue, en lien avec un mandat d'arrêt européen émis par les autorités françaises. Des investigations sont en cours pour confirmer son identité et nous restons en contact avec nos collègues des agences concernées."

11h11 : "Des vérifications sur l’identification" sont en cours indique le procureur du Nantes.

11h : A ce stade, de gros doutes s'installent sur l'identité de la personne interpellée en Ecosse. On le rappelle : seules les analyses ADN pourront éclaircir la situation.

10h21 : Selon France Télévision, l'homme actuellement arrêté en Ecosse s'exprime peu face aux enquêteurs. Il assure être Guy Joao et nie être Xavier Dupont de Ligonnès.

10h19 : La correspondance pour les empreintes digitales n'est établie que pour cinq points sur 13.

9h56 : Selon une information de BFMTV, les empreintes digitales relevées sur l'individu arrêté à l’aéroport a Glasgow "ne correspondent que très partiellement à celles de Xavier Dupont de Ligonnès" dixit la chaîne.

9h17 :  Le directeur départemental de la sécurité publique de Loire-Atlantique, Philippe Cussac, qui était sur les lieux à Nantes lorsque les corps de la femme et des quatre enfants de Xavier Dupont de Ligonnès ont été déterrés en 2011, accorde une interview au Télégramme (article payant) : "Le souvenir de ces cinq corps me hante encore", confie-t-il.

"Quand nous sommes arrivés, les équipes avaient commencé à déterrer les corps. Affreux. Je me souviens des collègues qui tombaient dans les pommes. Moi aussi, j'ai dû m'allonger sur la pelouse. C'était tellement dur. Le souvenir de ces cinq corps me hante encore aujourd'hui"

7h58 : Les enquêteurs français sont attendus dans la matinée à Glasgow. Seule une expertise ADN pourra confirmer ou non l'identité de l'homme arrêté.

7h52 : Un témoignage recueilli par Europe 1 sème le doute : Jacques, un voisin du domicile perquisitionné pense qu'il est impossible que son voisin et ami soit Xavier Dupont de Ligonnès. Selon lui, Guy Joao et sa femme faisaient régulièrement des voyages en Écosse, et toujours selon ce voisin, cette arrestation est une méprise. "Ça fait trente ans qu’on se connait ! On a été à son mariage en Écosse, c’est aberrant ! Même avec de la chirurgie esthétique c’est pas possible", assure-t-il au micro d’Europe 1.

Et d'ajouter : "Pendant la perquisition, je suis monté pour essayer de voir un policier, pour leur dire qu'ils étaient en train de se planter lamentablement."

7h30 : Le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, a aussi appelé vendredi soir à la "prudence" après l'interpellation de cet homme, qui pourrait être Xavier Dupont de Ligonnès, en Ecosse.

7h07 : Me Stéphane Goldenstein, avocat de la mère et de l'une des sœurs du suspect reste très prudent ce samedi matin : "C'est la énième fois qu'on m'indique qu'il aurait été interpellé donc permettez-moi d'être sceptique", a-t-il indiqué à nos confrères de RTL.

"Moi pour le moment j'écoute tout le monde déblatérer sur cette hypothèse mais je n'en sais rien. J'écoute la télévision, les informations, et ça me paraît un peu suspect", poursuit Me Stéphane Goldenstein.

07h04 : Une perquisition a été menée à Limay dans les Yvelines cette nuit à l'adresse mentionnée sur le passeport. Xavier Dupont de Ligonnès a pu voyager sous l'identité de Guy Joao

6h58 : Ce sont des échanges d’informations entre les policiers français et écossais, sur la base d’une "dénonciation anonyme", qui ont permis l’arrestation du fugitif, âgé de 58 ans, selon une source proche de l’enquête.

6h55 : Dans la nuit, des analyses ADN devaient confirmer l'identité de Xavier Dupont de Ligonnès, trahi par ses empreintes digitales.

6h50 : Xavier Dupont de Ligonnès a été arrêté après plus de huit ans de cavale vendredi après-midi à Glasgow, à sa descente d'avion. Il venait de Paris-Roissy.

Ce que l'on sait

- Xavier Dupont de Ligonnès a été arrêté vendredi après-midi à Glasgow, à la descente d'un vol Easyjet en provenance de Paris-Charles de Gaulle. Arrêté sans opposer de résistance, il resterait silencieux depuis.

- Il était en cavale depuis plus de huit ans, soupçonné d'avoir tué sa femme et leurs quatre enfants en 2011, avant d'enterrer les corps sous la terrasse de leur maison, à Nantes.

- Il voyageait avec un faux passeport français volé en 2014, et serait "méconnaissable", après des interventions de chirurgie esthétique, et a été trahi par ses empreintes digitales.

- Les enquêteurs vont maintenant s'atteler à comprendre comment sa cavale a pu durer si longtemps. Il aurait été dénoncé par un proche.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article