Indre : les terribles chiffres de 14-18

Publié le par La Nouvelle République par Bruno Mascle, Journaliste, directeur adjoint de la Nouvelle République de l'Indre

Les commémorations se sont succédé, ce lundi 11 novembre, devant les centaines de monuments aux morts de l'Indre. En ce jour d'Armistice, retour départemental chiffré sur cette Grande Guerre qui a surtout été une grande boucherie.

Porteurs des uniformes fabriqués dans les ateliers de la manufacture castelroussine Balsan, les soldats du 90e RI au repos à Saint-Hilaire-le-Grand (Marne), en septembre 1916. (Photo collection Jérome Charraud)

Porteurs des uniformes fabriqués dans les ateliers de la manufacture castelroussine Balsan, les soldats du 90e RI au repos à Saint-Hilaire-le-Grand (Marne), en septembre 1916. (Photo collection Jérome Charraud)

Des milliers d'anciens combattants, d'enfants des écoles, d'élus et de simples citoyens ont participé ce lundi 11 novembre aux centaines de commémorations organisées devant les monuments aux morts départementaux. Avaient-ils pleinement conscience, en exerçant ce salutaire devoir de mémoire, de ce qu'a représenté le conflit pour un département rural - 1914-1918 a tout d'abord été la guerre des paysans -, comme celui de l'Indre ? Petit rappel en chiffres de cette Première Guerre mondiale de l'ère industrielle.

29.298

C'est le nombre de soldats de l'Indre qui ont participé à cette guerre qui a duré plus de quatre années, du début août 1914 au 11 novembre 1918. 

16.646

C'est le nombre de noms inscrits sur les 244 monuments aux morts de l'Indre, soit presque autant que de communes. On estime que 10.531 de ces “Morts pour la France”, condition obligatoire pour pouvoir figurer sur les monuments, étaient natifs du département. 

8.165

Les conséquences du conflit ont été terribles sur les différents champs de bataille de Belgique, de la Somme, des Ardennes ou du Chemin des Dames. Elles ont également été dévastatrices à l'arrière. A la fin du conflit, 8.165 orphelins ont ainsi été comptabilisés dans l'Indre. Les fameux Pupilles de la Nation. 

4

C'est le nombre de régiments de l'Indre qui ont participé à la guerre. Le 90e Régiment d'infanterie basé à Châteauroux, le 68e Régiment d'infanterie installé au Blanc et à Issoudun, ainsi que leurs régiments de réserve, le 290e et 268e RI.  3.334 soldats du 68e RI sont morts au combat, pour 3.537 pour le 90e RI, 1.383 pour le 268e RI et 1.330 pour le 290e RI. Soit 9.684 soldats au total, soit la population d'Argenton et La Châtre.  

3

C'est le nombre de soldats de l'Indre fusillés pour l'exemple, comme 630 de leurs camarades. L'enfant de Villedieu, Abel Garçault, a été le premier à tomber sous les balles françaises, le 27 décembre 1914, à Ypres, en Belgique. Deux autres départementaux, l'un de Ségry, l'autre de Sainte-Sévère, ont également été passés par les armes. Seul Abel Garçault a été réhabilité en 1925. Une cérémonie spéciale lui a été consacrée ce lundi 11 novembre à Villedieu.

260.535

C'est le nombre d'habitants recensés dans l'Indre lors du recensement général de 1921. 287.675 personnes habitaient dans l'Indre en 1911.  Plusieurs classes d'âge viennent de presque totalement disparaitre. La guerre a durablement façonné le paysage indrien.

A Châteauroux, soldats, élus, anciens combattants et enfants des écoles se sont retrouvés en milieu de matinée pour une cérémonie émouvante. (Photo NR)

A Châteauroux, soldats, élus, anciens combattants et enfants des écoles se sont retrouvés en milieu de matinée pour une cérémonie émouvante. (Photo NR)

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article