Duchaussoy s’en va

Publié le par Sud Ouest

Le comédien, décédé hier à l’âge de 73 ans, a joué dans des centaines de pièces et de films. Il était aussi la voix française du « Parrain ».

Michel Duchaussoy recevant, en 2003, le Molière du meilleur comédien dans un second rôle. © Crédit photo : photo P. Verdy/afp

Michel Duchaussoy recevant, en 2003, le Molière du meilleur comédien dans un second rôle. © Crédit photo : photo P. Verdy/afp

Michel Duchaussoy, décédé hier d’un arrêt cardiaque à l’âge de 73 ans, était un comédien prolifique, qui passait avec souplesse de la Comédie-Française à la télévision, et de la comédie à la tragédie, un répertoire qui lui valut un Molière en 2003 pour son rôle dans « Phèdre ».

Après des études au conservatoire de Lille, il entre au Conservatoire national d’art dramatique et obtient le prix d’excellence, ce qui lui ouvre les portes de la Comédie-Française. Engagé en 1964, il est nommé sociétaire en 1967.

En vingt ans de présence au Français, Michel Duchaussoy ne tient aucun rôle-titre, mais il incarne une foule de personnages de classe sociale, d’âge et d’époque différents. « Un même jour, je jouais un vieillard en matinée dans '' Le Cardinal d’Espagne" et, en soirée, le jeune groom de 18 ans dans ''Le Dindon" », racontait-il au « Figaro » en 2004.

En 1987, Michel Duchaussoy quitte la Comédie-Française pour jouer dans des aventures très différentes du Petit Montparnasse à l’Opéra-Comique. Mais ce n’est qu’en 2003 qu’il aborde pour la première fois la tragédie au théâtre dans « Phèdre », mis en scène par Patrice Chéreau. Un « défi » parfois « difficile », confiera-t-il, qui lui vaut le Molière du meilleur comédien dans un second rôle.

Parallèlement à sa carrière théâtrale, Michel Duchaussoy tourne très tôt pour le cinéma et la télévision. En 1967, Alain Jessua lui offre son premier rôle sur grand écran dans « Jeu de massacre ». Suivront une centaine de films avec Patrice Leconte, Louis Malle (pour « Milou en mai », qui lui vaut une nomination aux César), Alain Corneau, Costa-Gavras, Bertrand Tavernier et surtout Claude Chabrol, avec qui il tourne cinq longs métrages.

Dans le prochain « Astérix »

Michel Duchaussoy est également une figure familière de la télévision. Il apparaît dans « Palace », dans les séries de l’été « Les Cœurs brûlés » et « Zodiaque », dans des téléfilms ou encore dans la série « Braquo » d’Olivier Marchal et Frédéric Schoendoerffer.

Ses derniers rôles, pas encore diffusés à l’écran, sont à l’image de sa large palette : Abraracourcix dans la superproduction « Astérix et Obélix : God Save Britannia » et François Mitterrand dans le téléfilm « L’Affaire Gordji », réalisé par Guillaume Nicloux.

Nicolas Sarkozy a salué hier la mémoire d’« un immense comédien, […] un acteur qui, au fil des ans, dans les films de Louis Malle, Claude Chabrol, Bertrand Tavernier ou encore Patrice Leconte, s’était imposé auprès du plus large public, et dont la voix profonde, celle du ''Parrain" de la version française du film de Francis Ford Coppola, était familière de tous ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article