A Rouen, le musée des Beaux-Arts recherche les propriétaires de tableaux volés par les Nazis

Publié le par France Bleu par Nourhane Mahmoudi, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Après la Seconde Guerre Mondiale, 60 000 tableaux ont été rendus à la France. 45 000 ont retrouvé leurs propriétaires. Ceux dont ce n'est pas le cas, sont exposés. Le musée des Beaux-Arts de Rouen en possède 9, et retrouver leurs propriétaires n'est pas une mince affaire.

 M.N.R. Les Quais Marchands de Rouen ou l'Avant-Port de Rouen - Jean-Baptiste Camille Corot - Musée des Beaux-Arrts de Rouen

M.N.R. Les Quais Marchands de Rouen ou l'Avant-Port de Rouen - Jean-Baptiste Camille Corot - Musée des Beaux-Arrts de Rouen

A l'Armistice, l'Allemagne a restitué à la France près de 60 000 tableaux, volés sous l'Occupation. Les musées de France exposent ces œuvres orphelines, et le musée des Beaux-Arts de Rouen ne fait pas exception. Il en compte actuellement 9, et recherche toujours les propriétaires.

"On estime à 100 000 les œuvres d'art spoliées pendant la guerre, mais on en a retrouvé que 60 000. Depuis, 45 000 ont retrouvé leurs propriétaires, et nous faisons notre possible pour rendre celles qui restent", confie Diederik Bakhuÿs, conservateur au musée des Beaux-Arts de Rouen. Jusqu'en 1949, le musée du Jeu de Paume à Paris (dans le jardin des Tuileries), avait accueilli toutes ces œuvres, des M.N.R. (Musée National de Récupération), et les familles spoliées avaient elles-mêmes réclamé leur bien.

Des difficultés de restitution 

Et alors qu'on arpente les couloirs du musée des Beaux-Arts de Rouen, on peut tomber sur plusieurs tableaux volés pendant la guerre, et depuis rendus à la France. Une majorité de Monet, mais aussi un Géricault, un Lépine, exposés en permanence. Le musée fait des pieds et des mains depuis des années pour retrouver les propriétaires et leurs éventuels successeurs. Sans succès.

"Pendant des années, les musées de France ont été dans une démarche plutôt passive, nous attendions que les propriétaires viennent à nous, et ça a été le cas pendant longtemps ! Lorsque nous nous sommes rendu compte que presque plus personne ne se manifestait pour récupérer ces tableaux, nous avons commencé à chercher les propriétaires nous-mêmes", poursuit Diederik Barkhuÿs. Les musées ont mis en place, depuis plusieurs années, tout un système pour retrouver les propriétaires.

Un travail de fourmi

"Nous devons fournir un travail titanesque, qui s'étale sur des années, et ce n'est pas fini ! Il implique la participation de généalogistes, de notaires..." précise le conservateur. Mais ce n'est pas tout ! Les musées de France veulent mettre toutes les chances de leur côté. Thierry Bajou, conservateur et spécialiste des œuvres spoliées, a mis en place un site internet. Il recense avec précision les œuvres restantes, documents officiels à l'appui.

"Et même si retrouver propriétaires et héritiers s'avère trop difficile, il reste quand même une dernière chose qui nous rassure : nous sommes tenus d'exposer les œuvres spoliées, c'est la loi. L'accès doit être maximal pour d'éventuels héritiers" conclut Diederik Barkhuÿs. Les 9 tableaux sont exposés de manière permanente au musée des Beaux-Arts de Rouen, ils sont reconnaissables grâce à un panneau qui précise leur nature. 

A Verdun, un tableau volé pendant la Seconde Guerre Mondiale et restitué à la France, sera exposé au musée des Beaux-Arts, dès mi-août. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article