Présidentielle américaine : Joe Biden et Kamala Harris ouvrent les hostilités face à Donald Trump

Publié le par Les Echos

Le candidat démocrate à la Maison Blanche et sa colistière, choisie officiellement mardi, ont tenu leur premier meeting commun mercredi soir à Wilmington, dans le Delaware. Anciens adversaires au cours de la primaire, ils ont affiché leur entente et fait front commun face à Donald Trump, qu'ils affronteront en novembre.

"L'Amérique est en manque criant d'un dirigeant. Et pourtant nous avons un président qui se préoccupe plus de lui que de ceux qui l'ont élu", a notamment lancé Kamala Harris lors de son premier meeting en commun avec Joe Biden. (Carolyn Kaster/AP/SIPA)

"L'Amérique est en manque criant d'un dirigeant. Et pourtant nous avons un président qui se préoccupe plus de lui que de ceux qui l'ont élu", a notamment lancé Kamala Harris lors de son premier meeting en commun avec Joe Biden. (Carolyn Kaster/AP/SIPA)

Joe Biden n'a « aucun doute » : il a choisi « la bonne personne » pour l'épauler dans la course à la Maison Blanche. Mercredi, le candidat démocrate pour la présidentielle de novembre a présenté officiellement sa colistière, Kamala Harris, au cours de leur premier meeting commun à Wilmington, dans le Delaware. « J'ai hâte de travailler avec elle pour reconstruire le pays », a clamé l'ex-vice-président dans une salle presque vide en raison de la pandémie de Covid-19.

Avec la sénatrice de Californie, Joe Biden a fait un choix historique. Cette fille d'immigrés indienne et jamaïcain est la première colistière de couleur et d'origine d'Asie du Sud d'un grand parti. Elle pourrait aussi devenir la première femme vice-présidente des Etats-Unis en cas de succès le 3 novembre.

« L'Amérique est en manque criant d'un dirigeant »

Joe Biden a évoqué « les petites filles de couleur qui se sentent si souvent oubliées et sous-estimées ». Mais « aujourd'hui, peut-être, elles se voient différemment pour la première fois : avec l'étoffe d'un président ou d'un vice-président », a-t-il déclaré.

Invitée à prendre la parole pour la première fois en tant que candidate à la vice-présidence des Etats-Unis, l'ex-procureure générale de Californie a choisi un ton offensif. « L'Amérique est en manque criant d'un dirigeant. Et pourtant nous avons un président qui se préoccupe plus de lui que de ceux qui l'ont élu », a-t-elle lancé à l'encontre de Donald Trump. « Nous sommes en plein examen de conscience face au racisme et à l'injustice généralisée. »

« Une femme forte »

Le milliardaire républicain n'avait pas attendu cette première sortie commune de ses adversaires pour lancer ses attaques. Mardi, il avait réagi à l'annonce du choix de Kamala Harris en la décrivant comme « la plus méchante, la plus horrible, la plus méprisante de tout le Sénat américain ». « Je pense qu'elle va bien échouer », avait-il ajouté. Son équipe de campagne avait, quant à elle, tancé « Kamala l'imposture », venue de la « gauche radicale ».

Joe Biden a répliqué, en décrivant un président habitué des « pleurnicheries ». « Ca étonne quelqu'un que Donald Trump ait un problème avec une femme forte, ou les femmes fortes en général ? », a-t-il lancé.

Elue à deux reprises procureure générale de Californie, Kamala Harris a été la première femme, mais aussi la première personne de couleur, à diriger les services judiciaires de l'Etat le plus peuplé du pays. En janvier 2017, elle était devenue la seconde sénatrice de couleur et la première femme originaire d'Asie du Sud à siéger au Congrès. « J'ai été élevée pour agir. Ma mère savait qu'elle élevait deux filles de couleur qui seraient traitées différemment à cause de leur apparence », a-t-elle raconté à la tribune.

Les donateurs convaincus

Reste à savoir comment ce duo va fonctionner. Au cours de la primaire démocrate, Joe Biden et Kamala Harris ont connu des moments de tension, notamment quand celle-ci avait attaqué le candidat de 77 ans sur ses positions passées face à la ségrégation.

Malgré cet accrochage, le choix fait par l'ex-vice-président de Barack Obama a été plutôt salué chez les démocrates, qui y voient là un bon signe sur sa capacité à diriger. « J'ai demandé à Kamala de […] toujours me dire la vérité », a d'ailleurs confié Joe Biden.

Leur association a d'ores et déjà stimulé les donateurs. Mercredi soir, Joe Biden a annoncé avoir levé 26 millions de dollars en 24 heures. Le duo part également avec un avantage : le candidat démocrate devance Donald Trump d'une marge confortable dans la moyenne des sondages nationaux mais aussi dans plusieurs Etats-clés.

Kamala Harris colistière de Joe Biden : ses moments clefs au Sénat américain

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article