Chili : le juge Juan Guzman, qui a dirigé les enquêtes contre l’ex-dictateur Pinochet, est mort

Publié le par Le Monde avec AFP

Le magistrat avait, à partir de 1998, poursuivi le général notamment pour les assassinats commis après le coup d’Etat militaire de septembre 1973. Il est mort, vendredi, à l’âge de 81 ans, a annoncé sa famille.

Juan Guzman à Santiago, le 14 juin 2005. LUIS HIDALGO / AFP

Juan Guzman à Santiago, le 14 juin 2005. LUIS HIDALGO / AFP

Le juge chilien Juan Guzman, considéré comme le « tombeur » de l’ex-dictateur Augusto Pinochet, poursuivi pour crimes contre l’humanité sous son régime de 1973 à 1990 mais jamais condamné, est mort, vendredi 22 janvier, à l’âge de 81 ans, a annoncé sa famille.

Meneur obstiné des enquêtes sur les crimes de la dictature, le juge Guzman avait, à partir de 1998, poursuivi le général Pinochet notamment pour les assassinats commis par la Caravane de la mort, une escouade de militaires qui a parcouru le pays en exécutant une centaine d’opposants après le coup d’Etat militaire de septembre 1973.

Le juge Guzman avait inculpé à deux reprises Augusto Pinochet mais, en 2002, la Cour suprême a prononcé un non-lieu en alléguant une « démence modérée » qui empêchait l’ex-dictateur de se défendre devant les tribunaux pour les plus de 3 000 morts et disparus sous son régime.

« Un juge courageux, très engagé »

Sa mort en décembre 2006 à 91 ans l’a soustrait à l’ensemble des poursuites qui le visaient, en France comme au Chili, entraînant des réactions de frustration à travers le monde. « J’aurais partagé la décision de la Cour suprême, mais ayant vu Pinochet et étudié sérieusement les rapports médicaux, je ne pouvais qu’estimer qu’il avait des facultés mentales normales », avait déclaré M. Guzman dans une interview accordée à la presse allemande.

« Une grande douleur pour la mort [de] Juan Guzman, un magistrat courageux et digne (…). Honneur et gloire ! », lui a rendu hommage sur Twitter la députée Carmen Hertz, dont le mari, Carlos Berguer, a été tué au début de la dictature. Le juge Guzman avait pris sa retraite en 2005 et publié la même année ses Mémoires : Au bord du monde, les Mémoires du juge de Pinochet (éditions Les Arènes).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article