Journée de l’holocauste: une survivante alerte sur la résurgence de l’antisémitisme

Publié le par Le Nouvelliste

Commémoration Il y a 76 ans jour pour jour, le camp d’Auschwitz-Birkenau était libéré par l’armée jour. Si la plupart des commémorations se sont déroulées en ligne ce mercredi, une cérémonie a eu lieu au Bundestag à la mémoire des victimes du nazisme. Avec notamment un discours de la survivante Charlotte Knobloch.

Charlotte Knobloch est l'une des voix les plus écoutées de la communauté juive en Allemagne. KEYSTONE/EPA/FILIP SINGER

Charlotte Knobloch est l'une des voix les plus écoutées de la communauté juive en Allemagne. KEYSTONE/EPA/FILIP SINGER

Une survivante de l’Holocauste, Charlotte Knobloch, a vigoureusement mis en garde mercredi contre la résurgence de l’antisémitisme en Allemagne. Celui-ci se propage notamment sur internet et dans les manifestations d’opposants aux restrictions anti-Covid.

«La pensée et le discours antisémites trouvent de nouveau une voix, sont de nouveau présentables, de l’école aux manifestations» anti-masques, a lancé la présidente de la communauté juive de Munich et de Haute-Bavière. Elle a prononcé un discours au Bundestag à l’occasion de la cérémonie annuelle à la mémoire des victimes du nazisme.

S’exprimant notamment devant le chef de l’Etat allemand, Frank-Walter Steinmeier et la chancelière Angela Merkel, Charlotte Knobloch faisait notamment référence aux étoiles jaunes identiques à celles imposées aux juifs sous le régime nazi et portées par certains manifestants protestant contre les mesures coercitives liées à l’épidémie.

Pas un seul jour nous ne devons oublier à quel point les conquêtes précieuses de ces 76 dernières années sont fragiles. Charlotte Knobloch, survivante de l’Holocauste

Munich avait dû faire interdire le port de ces signes marqués d’un «non-vacciné» par des protestataires assurant à tort que la vaccination contre le Covid-19 serait obligatoire.

«Pas un seul jour nous ne devons oublier à quel point les conquêtes précieuses de ces 76 dernières années sont fragiles», a-t-elle martelé dans un discours plein d’émotion au cours. Elle a raconté comment elle avait été sauvée de la déportation par une femme catholique qui l’a cachée dans une ferme bavaroise à partir de 1942.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article