La députée et ancienne ministre Marielle de Sarnez est morte

Publié le par L'Obs avec AFP

« Notre chagrin est immense », écrit sur Twitter François Bayrou en annonçant le décès de la vice-présidente du MoDem.

Marielle de Sarnez le 27 mai 2020 à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Marielle de Sarnez le 27 mai 2020 à Paris. (LUDOVIC MARIN / AFP)

La députée et ancienne ministre des Affaires étrangères Marielle de Sarnez est morte, a annoncé ce mercredi président du MoDem et Haut-commissaire au Plan François Bayrou à l’AFP. Agée de 69 ans, elle souffrait d’une leucémie.

« Mercredi 13 janvier 2021. Voici le jour en trop. Marielle, si talentueuse et si courageuse, Marielle de Sarnez vient de partir. Notre chagrin est immense », a-t-il écrit sur Twitter.

Nommée ministre des Affaires européennes à l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée, elle avait démissionné en juin 2017 après l’ouverture d’une enquête dans l’affaire des assistants parlementaires. Elle était encore députée et présidente de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

« Une femme de convictions »

A droite comme à gauche, différentes personnalités politiques lui ont rendu hommage : le secrétaire d’Etat chargé des Affaires européennes Clémente Beaune a salué « une engagée de l’Europe, une femme d’immense courage ».

« Marielle de Sarnez était notre sœur en Giscardisme, a évoqué l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. D’une vive intelligence, elle était une femme de convictions, à l’aise dans la complexité politique. Son caractère affirmé n’affaiblissait en rien une générosité chaleureuse. »

« Marielle de Sarnez avait l’énergie militante, le courage politique et une passion européenne. De tout cœur, je partage la peine de sa famille et de ses amis », a écrit le chef des négociations avec le Royaume-Uni sur le Brexit, Michel Barnier.

« Marielle de Sarnez était une femme aux convictions fortes, toujours intelligente et pertinente. Nous ne partagions pas les mêmes idées, mais je la respectais profondément et l’écoutais toujours avec intérêt », a commenté le député La France insoumise Alexis Corbière.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article