Les enregistrements du procès de Nuremberg sont en ligne – une première

Publié le par The Times of Israël par Cnaan Liphshiz

Le US Holocaust Memorial Museum met en ligne plus de 700 heures d'enregistrements audio, dont beaucoup en allemand sans traduction, et 37 bobines de film présentées comme preuves

Les juges délibèrent lors des procès des criminels de guerre nazis à Nuremberg, en Allemagne, le 1er janvier 1945. (The US Holocaust Memorial Museum via JTA)

Les juges délibèrent lors des procès des criminels de guerre nazis à Nuremberg, en Allemagne, le 1er janvier 1945. (The US Holocaust Memorial Museum via JTA)

JTA – À l’ouverture de son procès à Nuremberg, Julius Streicher avait fait plusieurs déclarations inhabituellement amicales au sujet des Juifs – un peuple auquel il avait consacré sa vie professionnelle à diaboliser.

Streicher, rédacteur en chef de l’hebdomadaire antisémite Der Sturmer, avait affirmé qu’il avait toujours considéré les Juifs allemands comme des compatriotes légitimes et qu’il soutenait depuis longtemps le sionisme. 

« La question juive était donc pour moi résolue en Allemagne, mais je pensais qu’une autre solution internationale allait venir, que nous devrions rencontrer les sionistes, écouter leurs revendications », avait-il déclaré le 26 avril 1946 au tribunal militaire où il était jugé avec d’autres responsables nazis pour crimes contre l’humanité

Ses équivoques, qui contrastent fortement avec sa ligne éditoriale génocidaire reflétée dans des slogans comme « l’Allemagne vivra tant qu’elle considérera les Juifs comme l’ennemi mortel de l’humanité », sont maintenant disponibles en ligne pour la première fois, ainsi que des centaines d’heures supplémentaires d’enregistrements audio et vidéo des procès de 24 nazis qui se sont terminés en 1946, il y a près de 75 ans.

L’éditeur nazi et antisémite notoire Julius Streicher lors de son procès à Nuremberg, en Allemagne, le 20 février 1946. (AP Photo/B.I. Sanders)

L’éditeur nazi et antisémite notoire Julius Streicher lors de son procès à Nuremberg, en Allemagne, le 20 février 1946. (AP Photo/B.I. Sanders)

Cette semaine, le US Holocaust Memorial Museum a mis en ligne plus de 700 heures d’enregistrements audio des procès, ainsi que 37 bobines de film présentées comme preuves. Les procès, qui se sont déroulés devant un tribunal militaire composé de juges de pays alliés, dont l’Union soviétique, ont constitué une étape importante dans la création du droit international moderne en général et dans la poursuite des crimes contre l’humanité.

Le journal de Streicher était un symbole de la façon dont la propagande nazie déshumanisait méthodiquement les Juifs et utilisait les médias pour préparer les Allemands non-juifs à perpétrer la Shoah. Streicher a été exécuté en 1946 par pendaison avec neuf autres nazis, dont Hans Frank, le plus haut gradé nazi de la Pologne occupée. Deux des 24 accusés sont morts au cours des procès, dont Hermann Goering, commandant de l’armée de l’air de l’Allemagne nazie, qui s’est suicidé. Un autre homme a été condamné à mort par contumace. Trois ont été acquittés et les autres ont été condamnés à de longues peines de prison.

Les enregistrements, dont beaucoup sont en allemand sans traduction, offrent un aperçu de l’humeur, de la mentalité et de l’histoire de personnes comme Frank et Streicher, qui a longuement parlé de son histoire personnelle grandissant dans un petit village de Bavière en tant que cadet de neuf enfants.

Il a également rappelé comment, pendant un certain temps, il a suivi les traces de son père pour devenir directeur d’école avant de se radicaliser politiquement et d’adhérer au parti nazi d’Adolf Hitler, qui, selon lui, offrait la meilleure voie pour redresser l’économie allemande en difficulté et améliorer son statut international après sa défaite dévastatrice lors de la Première Guerre mondiale.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article