Ils conservent le souvenir de Madeleine Sologne

Publié le par La Nouvelle République par Valentin Giraud, Journaliste, rédaction des sports, Tours

Grande actrice des années 1930 à 1950 née à La Ferté-Imbault en 1912, Madeleine Sologne a encore ses fans en Sologne ou ailleurs.

Jacky Cadio possède une grande collection de carte postales, où est représentée sous toutes les facettes Madeleine Sologne. © Photo NR

Jacky Cadio possède une grande collection de carte postales, où est représentée sous toutes les facettes Madeleine Sologne. © Photo NR

Voilà plus de 20 ans qu’elle n’est plus de ce monde, mais Madeleine Sologne est toujours présente dans la mémoire des Solognots. Née Madeleine Vouillon à La Ferté-Imbault en 1912, elle prit comme nom d’artiste le nom de sa région d’origine. Elle fut une grande actrice du cinéma français des années 1930 et 1940 principalement, notamment à l’affiche aux côtés de Jean Marais et Jean Murat, pour L’Éternel Retour de Jean Delannoy en 1943.

Elle ne laissait pas indifférent, mais restait très accessible ” Aujourd’hui encore, certains collectionnent des souvenirs de Madeleine Sologne. C’est le cas de Jacky Cadio à La Ferté-Imbault, son village d’origine. Lui est d’abord collectionneur de cartes postales et d’archives de la commune. « Je suis tombé sur quelques cartes postales avec la figure de Madeleine Sologne, raconte-t-il. J’ai donc commencé à les collectionner aussi, mais je ne pensais pas qu’il y en avait autant ! » En effet, il compte une cinquantaine de cartes postales à l’effigie de l’actrice loir-et-chérienne, éditée par Harcourt.

Pour lui, cette collection est une forme d’hommage à l’une des figures de La Ferté-Imbault. « Je me rappelle d’elle quand j’étais tout jeune, on la croisait dans les magasins. Elle ne laissait pas indifférent, elle avait une forte personnalité, mais restait très accessible », se souvient-il. A sa mort en 1996, alors qu’il était conseiller municipal, il a fait partie de ceux qui ont demandé à ce que la salle des fêtes porte son nom.

Il n’y a pas qu’en Sologne qu’on se souvient de l’actrice éponyme. A Puyréaux en Charente vit Jean-Paul Pinoteau, collectionneur autour du cinéma des années 1930 et 1940. Originaire de Châteauroux, il a travaillé à Romorantin : « c’est là que j’ai entendu parler de Madeleine Sologne, et après, ça a été la folie », sourit-il. Il entretient une passion dévorante pour trois grandes actrices principalement : Arletty, Mireille Balin et donc Madeleine Sologne.

Pour cette dernière, sa collection est bien fournie : cartes postales, une centaine de photos de tournages, des revues de cinéma d’époque… mais aussi des objets plus personnels : « J’ai deux chemises de nuit, une superbe robe et une coiffe qui je pense a dû faire partie du tournage de L’Éternel Retour », énumère-t-il. Mais cette frénésie peut parfois être gênante pour la famille. « Ça arrive que des collectionneurs me contactent, reconnaît Sylvie Chambonnière, nièce de l’actrice. Ils sont en général très insistants, mais je ne donne pas d’objets de ma tante, je n’en ai pas beaucoup. Elle a brûlé beaucoup de choses lors de son départ de Paris. Pour elle, sa vie d’artiste était terminée. »

La passion Madeleine Sologne ne s’arrête toutefois pas à la collection d’objets. Jean-Paul a fait une exposition il y a un mois à Manges, en Charente, et en 2015, Jacky participait à l’exposition à La Ferté-Imbault : « Ce n’est que 20 ans après sa mort qu’on lui a vraiment rendu hommage, avec un grand portrait installé à la salle des fêtes et l’exposition », note-t-il. Aujourd’hui encore, cette salle de La Ferté est là pour se souvenir de Madeleine Sologne.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article