Épisode : Edvard Munch, La danse de la vie (1899)

Publié le par France Culture par par Jean de Loisy et Sandra Adam-Couralet

Considéré par la critique de son époque comme un peintre littéraire, Edvard Munch a peint cette "Danse de la vie" en 1899, lors d'un moment de crise existentielle qui le conduisit à se réfugier dans un sanatorium. Une intensité dramatique restituée au regardeur par la vitesse d'exécution de l'oeuvre.

La Danse de la vie (en norvégien : Livets dans) est un tableau d'Edvard Munch conservé à la Galerie nationale d'Oslo. Wikipédia

La Danse de la vie (en norvégien : Livets dans) est un tableau d'Edvard Munch conservé à la Galerie nationale d'Oslo. Wikipédia

Considéré par la critique de son époque comme un "peintre littéraire", Edvard Munch s’est souvent vu comparé à des auteurs dramatiques. Certains critiques comme Alcanter de Brahm ont salué sa création comme une interprétation picturale de l’ibsénisme, tandis que d’autres comme William Ritter lui reprochèrent un "réalisme cru" qui faisait penser aux romans "hallucinés" de Strindberg. Cette ambiguïté dans la réception de son œuvre, propre à une époque de transition, est résumée par les termes "naturalisme psychique" que certains critiques ont employé pour définir la peinture de Munch.

Pour évoquer La Danse de la vie, huile sur toile de 126 x 190,5 cm réalisée par le peintre norvégien en 1899, conservée à la Galerie Nationale d’Oslo et considérée comme la pièce centrale du grand cycle thématique baptisé la Frise de la Vie, Jean de Loisy s'entretient avec l'artiste Franck Scurti  et Angela Lampe, spécialiste d'Edvard Munch.

Angela Lampe : La toile a été réalisée au cours d'une crise dont l'intensité dévastatrice conduisit Munch à se réfugier dans un sanatorium où il ne connaissait personne. Il espérait échapper aux élans de sa turbulente compagne de l'époque, Tulla Larsen. Cette confusion d'esprit se ressent dans la vitesse d'exécution.

Musiques diffusées

  • Pièces pour piano de Francesco Tristano
  • Extrait de la B. O. du film de Wim Wenders consacré à Pina Bausch, Pina .

Archive 

  • Extrait de Danse de la mort , d'August Strindberg

Lecture des textes  : Estelle Clément-Bealem

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article