Fidèle de Saint-Quentin et de Soissons, le danseur Patrick Dupond est décédé

Publié le par L'Aisne Nouvelle par Olivier de Saint Riquier

L’ancien danseur étoile est mort à l’âge de 61 ans ce vendredi 5 mars. Dans les années 2000, il avait monté une résidence à Saint-Quentin et pris la direction d’une école de danse à Soissons.

Dans les années 2000, Patrick Dupond avait monté une résidence à Saint-Quentin et pris la direction d’une école de danse à Soissons. - Archives Gaël Hérissé.

Dans les années 2000, Patrick Dupond avait monté une résidence à Saint-Quentin et pris la direction d’une école de danse à Soissons. - Archives Gaël Hérissé.

Véritable star de la danse, Patrick Dupond est mort vendredi d’une «  maladie foudroyante  », selon sa famille. Prodige de la danse, il est devenu danseur étoile de l’Opéra national de Paris en 1980 lui conférant la célébrité aussi bien en France que dans le monde entier. Il collabore notamment avec les légendes comme Rudolf Noureev ou Maurice Béjart. En 1990, il prend la suite de Noureev comme directeur de la danse du ballet de l’Opéra national de Paris. Après sa carrière de danseur à la fin des années 90, il connaît un passage à vide, une dépression accentuée par un accident de voiture.

Un spectacle au théâtre Jean-Vilar

Il rebondit au début des années 2000 grâce notamment à Leïla Da Rocha, ancienne basketteuse qui a monté son école de danse à Soissons. Elle deviendra sa compagne. À partir de 2004, il intervient régulièrement en tant que professeur dans cette école et met en scène plusieurs spectacles dont un à Saint-Quentin, ville dans laquelle il monte une résidence pendant une année à l’invitation du maire de l’époque Pierre André.

Entre 2008 et 2009, le couple a ainsi donné des cours de danse dans les maisons de retraite ou les centres sociaux. Pour leur spectacle sur la scène du théâtre Jean-Vilar, ils avaient fait participer les enfants des quartiers et les élèves des écoles de danse de Muriel Grésant et Sylvaine Polard. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article