Marciac. Le dernier ancien combattant 39-45 a disparu

Publié le par La Dépêche du Midi

Jean-Louis Guilhaumon avait remis à Roger Amat la médaille du Mérite fédéral. Photo DDM archives.

Jean-Louis Guilhaumon avait remis à Roger Amat la médaille du Mérite fédéral. Photo DDM archives.

Le dernier ancien combattant 39-45 vient de disparaître. Roger Amat était né à Marciac le 29 septembre 1924. Il était apprenti boulanger à la boulangerie Tauzin lors de la déclaration de guerre. A 20 ans, le 1er août 1944, alors qu’il est boulanger dans les Hautes-Pyrénées, il rejoint le groupe de résistance tarbais "Valentin" (Corps-Franc de la Libération) avant d’être incorporé au 1er régiment FFI de Bigorre. En avril 1945, tandis que la plus grande partie de la France est libérée, il participera, au sein du 158e régiment d’infanterie, aux combats devant les poches allemandes de l’Atlantique, avec, notamment, le 14 avril 1945, l’attaque de la poche stratégique de Royan. Son engagement lui vaudra une citation à l’ordre du régiment. A son retour, il épousera Monique. Après avoir exercé à Saint-Germé, Tarbes et Lourdes, il se retirera avec son épouse à Marciac pour vivre une retraite paisible. Déjà décoré de la Croix du Combattant 39-45 et de la médaille de Reconnaissance de la Nation, il se verra attribuer, en 2015, avec 3 de ses camarades marciacais, la médaille du Mérite fédéral décernée à titre exceptionnel. Une délégation de l’Association de Marciac des anciens combattants (ACPVG et FNACA) a rendu, lors de ses obsèques, un dernier hommage à Roger Amat, dernier survivant de la Seconde Guerre mondiale. "La Dépêche du Midi" présente à son épouse et à ses proches ses sincères condoléances.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article