Mort de Petr Kellner, l’homme le plus riche de la République tchèque

Publié le par Libération par Sonia Delesalle-Stolper

Le milliardaire, qui avait des intérêts commerciaux dans le monde entier, mais particulièrement en Chine et Russie, est mort dans un accident d’hélicoptère en Alaska alors qu’il pratiquait de l’héliski.

Petr Kellner était à la tête du groupe PPF, présent dans le monde entier, dans les services financiers, la télécommunication, l’immobilier ou le secteur des biotechnologies. (via Reuters)

Petr Kellner était à la tête du groupe PPF, présent dans le monde entier, dans les services financiers, la télécommunication, l’immobilier ou le secteur des biotechnologies. (via Reuters)

Il était l’homme le plus riche, et sans aucun doute un des plus puissants, de Tchéquie mais aussi d’Europe centrale. Avec des intérêts commerciaux dans le monde entier, mais plus particulièrement en Chine et en Russie. Petr Kellner, 56 ans, est mort dans un accident d’hélicoptère en Alaska. Quatre autres personnes, dont le Français Benjamin Larochaix, spécialiste du snowboard freestyle, ont péri dans l’accident, qui s’est produit samedi près du glacier Knik, au nord-est d’Anchorage. On ne connaît pas encore les circonstances exactes du drame, auquel une personne a survécu. Selon la presse tchèque, le milliardaire, dont la fortune avait été estimée à 11,2 milliards d’euros en 2020 par le magazine Forbes, était dans la région pour pratiquer de l’héliski.

Petr Kellner était à la tête du groupe PPF, présent dans le monde entier, dans les services financiers, la télécommunication, l’immobilier ou le secteur des biotechnologies. Il employait quelque 125 000 personnes de la République tchèque à la Chine, en passant par la Russie. C’est un communiqué officiel du groupe qui a confirmé lundi la mort de son PDG. Son conglomérat revendique près de 50 milliards d’euros d’actifs sous gestion, dans 23 pays, et dégage environ un milliard d’euros de bénéfice annuel. Petr Kellner avait commencé sa carrière en vendant des photocopieuses, avant de fonder son propre groupe en 1991, à 27 ans, à la faveur des dénationalisations en masse qui ont suivi la fin de l’ère communiste dans l’ex-Tchécoslovaquie et dans toute l’Europe de l’Est.

Il avait construit sa fortune et son emprise notamment grâce à Home Credit International, géant du crédit à la consommation, avec des antennes dans des dizaines de pays, dont la Chine et la Russie. Le développement de son empire s’est opéré à la faveur d’alliances parfois controversées avec le pouvoir politique en République tchèque et notamment l’ancien président, entre 1993 et 1997, Václav Klaus. Il était aussi très proche de l’actuel président, le populiste Milos Zeman. Les deux hommes se voyaient régulièrement. «Le Président avait beaucoup d’estime pour Petr Kellner et sa réussite en affaires et est immensément triste d’apprendre sa tragique disparition», a réagi le porte-parole de Zeman.

Liens étroits avec Daniel Kretinsky

Très secret, méfiant, l’oligarque fuyait la lumière. Ce qui n’empêchait pas une certaine mégalomanie, si l’on en croit le nom de l’une de ses structures en Russie, un regroupement de fonds d’investissement baptisé «Peter The Great», une référence claire au tsar Pierre le Grand. Ses interventions publiques ou interviews étaient rarissimes, sa vie privée absolument verrouillée. Tout juste savait-on qu’il était passionné de photographies. Son groupe PPF possédait deux galeries à Prague et gère le fonds de Josef Sudek, un photographe reconnu. Il avait une femme, Renata, et quatre enfants.

Le milliardaire était aussi très lié avec l’autre grand magnat tchèque, Daniel Kretinsky, 45 ans, actionnaire minoritaire, entre autres, du quotidien le Monde et de Marianne. Et associé à Petr Kellner dans plusieurs affaires, comme les mines allemandes Mibrag. Au fil des années, leurs liens semblent avoir été un mélange de rivalité, de compétition et de collaborations. Complexes. Ils étaient aussi liés personnellement puisque Kretinsky est le compagnon de la fille de Kellner, Anna Kellnerová, 24 ans, passionnée de chevaux, deux fois championne de saut d’obstacles junior, et qui ambitionne de concourir aux Jeux olympiques de Tokyo l’été prochain.

La question qui se pose aujourd’hui est évidemment celle de la succession de Petr Kellner à la tête de son empire, alors qu’aucun héritier évident ne semble avoir été désigné. Dans un communiqué publié lundi après-midi, PPF a annoncé la nomination à sa tête de Ladislav Bartonicek, l’un des actionnaires du groupe, assurant que le décès de son fondateur n’aurait «aucun impact sur le fonctionnement quotidien du groupe PPF».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article