Bernard Madoff, escroc de tous les superlatifs, est mort en prison

Publié le par L'Obs

L’auteur de l’une des plus vastes escroqueries de tous les temps est décédé à 82 ans dans une prison fédérale américaine.

Bernard Madoff, en 2009 à New York. (STEPHEN CHERNIN/Getty Images via AFP)

Bernard Madoff, en 2009 à New York. (STEPHEN CHERNIN/Getty Images via AFP)

C’était l’un des escrocs les plus célèbres du XXIe siècle. L’homme d’affaires Bernard Madoff est mort en prison à l’âge de 82 ans, selon une information de l’agence Associated Press ce mercredi 14 avril. Le porte-parole de la prison de Butner, située dans le nord de la Caroline du Nord, s’est refusé à communiquer la cause du décès.

Les avocats du financier déchu avaient récemment tenté d’obtenir sa libération, affirmant qu’il souffrait d’une maladie rénale en phase terminale et d’autres pathologies chroniques. La demande avait été rejetée.

Il avait été arrêté et inculpé par le FBI en décembre 2008, en plein cœur d’une crise financière mondiale, pour avoir réalisé une gigantesque escroquerie de type « pyramide de Ponzi » à hauteur de plusieurs dizaines de milliards de dollars. Débutée dans les années 1990, cette fraude se sera étendue, selon Madoff, à travers 136 pays.

Condamné à 150 ans de prison

La fraude pyramidale de cette figure de la finance new-yorkaise consistait à piocher dans les finances de ses nouveaux clients pour rétribuer ou rembourser des investisseurs plus anciens, à travers une fausse banque d’affaires, devenue une des principales à Wall Street. Il offrait, en plus des services de courtage (vente et achat de titres pour le compte de clients), un véhicule d’investissement, devenu rapidement un succès.

Très précautionneux, Madoff parvint à duper son monde jusqu’à la crise financière de 2008. De nombreux investisseurs ont alors souhaité retirer leurs fonds en gestion, provoquant l’effondrement de la pyramide Madoff, le banquier étant incapable de restituer l’argent.

Parmi ses milliers de victimes, on compte notamment des grandes banques comme BNP Paribas, mais aussi le célèbre réalisateur Steven Spielberg, l’acteur Kevin Becon, ou encore l’écrivain nobélisé Elie Wiesel, rappelle la chaîne américaine CNBC. En 2009, il avait été condamné à cent cinquante ans de prison après avoir plaidé coupable de onze chefs d’inculpation, dont fraude et blanchiment d’argent. Il purgeait sa peine dans une prison fédérale de Caroline du Nord.

Les sommes réclamées par les investisseurs qui ont saisi la justice après l’éclatement du scandale atteignaient plus de 17 milliards de dollars. En incluant les profits vantés par Bernie Madoff, qui se sont révélés virtuels, les pertes se montent à 65 milliards de dollars. Le fonds de recouvrement destiné à l’indemnisation des victimes de cette escroquerie sans précédent a reversé, jusqu’ici, environ 2,7 milliards de dollars.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article