Bordeaux : une cérémonie pour la Journée nationale du souvenir de la déportation

Publié le par Sud Ouest par Théo Abarrategui

Un hommage solennel a été rendu à la mémoire des déportés et résistants de la région ce dimanche 25 avril au fort du Hâ.

La cérémonie s’est déroulée dans la cour de l’ancien fort du Hâ, qui accueille aujourd’hui l’École nationale de la magistrature. © Crédit photo : Théo Abarrategui

La cérémonie s’est déroulée dans la cour de l’ancien fort du Hâ, qui accueille aujourd’hui l’École nationale de la magistrature. © Crédit photo : Théo Abarrategui

À l’occasion de la Journée nationale du souvenir de la déportation, une cérémonie a eu lieu dans la cour de l’ancien fort du Hâ ce 25 avril. Le maire Pierre Hurmic, le préfet délégué Martin Guespereau, des représentants du Conseil départemental, du Conseil régional et de diverses associations étaient présents.

« Ce que furent les camps d’extermination n’est pas qu’une simple page documentaire de l’histoire du XXe siècle », a rappelé Martine Boisson, présidente départementale de l’Union nationale des associations de déportés et internés de la Résistance (UNADIF-FNDIR). « Il nous faut aujourd’hui résister à de nouvelles formes de fanatisme et de barbarie. Face à ces périls, l’espoir réside dans l’engagement de tous », a-t-elle ajouté.

Un texte issu de l’ouvrage « Petite chronique de l’horreur ordinaire » de Jean Léger, résistant ayant survécu aux camps nazis, a également été lu. Les officiels ont ensuite déposé des gerbes devant la stèle aux déportés du fort du Hâ. Le « Chant des marais », écrit à l’origine par des déportés, a résonné dans la cour avant la Marseillaise et le « Chant des Partisans ».

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article