Déportation, soixante-seize ans plus tard…

Publié le par Le Petit Bleu d'Agen par notre Correspondant Julien Durou

Saluts aux porte-drapeaux et minute de silence.Photos Julien Durou

Saluts aux porte-drapeaux et minute de silence.Photos Julien Durou

Ce dernier dimanche d’avril, comme chaque année, est un jour dédié au devoir de mémoire. La journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation, instaurée par la loi de 1954, est l’occasion d’évoquer la mémoire de tous ceux, femmes, hommes et enfants, envoyés par milliers, pendant la seconde guerre mondiale, dans des camps de concentration ou d’extermination nazis. Les camps d’une idéologie qui ont durablement meurtri les peuples et les territoires occupés d’Europe.

C’est sous un ciel gris qu’a débuté à 11 heures la cérémonie. Une cérémonie sans public, uniquement sur invitation de la préfecture afin de respecter au maximum les règles sanitaires liées à la Covid 19. C’est donc masqués que les représentants de l’armée de terre, de la gendarmerie, de la police, des pompiers, de la préfecture, de la mairie d’Agen et des associations, ont pu écouter en silence le Chant des Marais. Il est l’adaptation en français d’un chant allemand (en allemand "Moorsoldatenlied" se traduit "Chanson des soldats de marécage") composé en 1933 par des prisonniers communistes du camp de concentration de Börgermoor pour détenus politiques.

M. Teyssier a pris la parole pour la Fondation pour la Mémoire de la Déportation. Une prise de parole où il a rappelé que même soixante-seize ans après la libération du dernier déporté, il est capital de ne jamais oublier cette page de notre histoire durant laquelle "une idéologie raciste et eugéniste dictait qui avait le droit de vivre […] jusqu’à faire perdre à des hommes la conscience de leur humanité". Il s’ensuivit l’annonce des dépôts de gerbes déposées au pied du monument aux Morts puis la sonnerie aux Morts et une minute de silence avant la Marseillaise. Après un salut aux porte-drapeaux, la cérémonie s’est achevée après moins de quinze minutes

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article