Hérault : le corps retrouvé sous une dalle de béton à Bédarieux est "très probablement" celui d'Aurélie Vaquier

Publié le par France 3 Occitanie par Olivier Le Creurer

Ce mercredi, un corps sans vie a été retrouvé dissimulé sous une dalle de béton au domicile d'Aurélie Vaquier, à Bédarieux par des militaires de la compagnie de gendarmerie de Béziers. "Il s'agit très probablement de son corps," indique le procureur de la République. 

Les proches d'Aurélie Vaquier ont placardé des avis de recherche sur les vitrines du centre-ville de Bédarieux. • © FTV / François Jobard

Les proches d'Aurélie Vaquier ont placardé des avis de recherche sur les vitrines du centre-ville de Bédarieux. • © FTV / François Jobard

Lors d'une conférence de presse, en fin d'après-midi, le procureur de la République a indiqué que le corps retrouvé était "très probablement celui d'Aurélie Vaquier en raison d'un tatouage très reconnaissable et d'un piercing".

"J'espère que les coupables vont payer cher, très cher parce qu'enlever ma soeur, c'est plus que tout. J'espère que la gendarmerie fera son travail pour savoir ce qu'il s'est passé et pourquoi ça s'est passé. Et que justice soit faite," implore Jérémy, le frère d'Aurélie Vaquier. 

    J'espère que les coupables vont payer cher, très cher parce qu'enlever ma soeur, c'est plus que tout Jérémy Vaquier

Un taouage reconnaissable et un piercing

Ce mercredi 7 avril 2021, dans le cadre d’une commission rogatoire du magistrat instructeur, un corps sans vie a été retrouvé dissimulé sous une dalle de béton au domicile d'Aurélie Vaquier par des militaires de la compagnie de gendarmerie de Béziers, de la section de recherches de Montpellier.

Ils étaient accompagnés de l'IRCGN (Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale) dotés notamment d'un chien de recherche de personnes disparues ainsi que d’un « géoradar » permettant le sondage des sols et des cloisons, explique le Procureur de la République de Béziers. 

"Les techniciens en investigation criminelle du groupement de gendarmerie de Montpellier procèdent actuellement à l'extraction méticuleuse du corps," indique le Procureur de la République de Béziers. • © C. Métairon / FTVI

"Les techniciens en investigation criminelle du groupement de gendarmerie de Montpellier procèdent actuellement à l'extraction méticuleuse du corps," indique le Procureur de la République de Béziers. • © C. Métairon / FTVI

"Les techniciens en investigation criminelle du groupement de gendarmerie de Montpellier procèdent actuellement à l'extraction méticuleuse du corps qui n'est pas encore formellement identifié et un médecin légiste se déplace sur les lieux," précisait dans l'après-midi Raphaël Balland.

Son compagnon placé en garde à vue

Le compagnon d’Aurélie Vaquier, un homme âgé de 39 ans qui réside toujours dans le domicile du couple, a été placé en garde à vue en fin de matinée. Raphaël Balland indique "qu'il est plausible qu'il ait pu participer à la mort puisqu'il vivait dans l'appartement et a averti tardivement les gendarmes" mais insiste "sur la présomption d'innocence qui doit s'appliquer au compagnon, d'autant plus que la garde à vue ne fait que commencer. Je ne dirai rien sur le contenu de cette garde à vue". 

    Il est plausible que le compagnon ait pu participer à la mort puisqu'il vivait dans l'appartement et a averti tardivement les gendarmes Raphaël Balland, procureur de la République de Béziers

L'appartement où a été retrouvé un corps sans vie, "très probablement celui d'Aurélie Vaquier". • © C. Métairon / FTVI

L'appartement où a été retrouvé un corps sans vie, "très probablement celui d'Aurélie Vaquier". • © C. Métairon / FTVI

Le procureur de la République annonce une nouvelle conférence de presse vendredi après-midi "à l'issue de la garde à vue et d'une éventuelle présentation du compagnon devant le magistrat instructeur".

Disparue depuis le 28 janvier

Aurélie Vaquier, 38 ans, n’avait plus donné signe de vie depuis le 28 janvier 2021. Elle aurait quitté le domicile conjugal sans aucun moyen de paiement ou de locomotion, avec uniquement son téléphone portable et quelques vêtements. Mais ce n'est que le 23 février que la gendarmerie était informée par son compagnon de sa disparition inquiétante. 

Selon son compagnon, Aurélie serait partie d’elle-même pour s’adonner à sa passion, l’écriture. Elle n’aurait emporté que quelques vêtements, son téléphone portable et sa trousse de toilettes. Samire dit avoir reçu un autre message “rassurant” d’Aurélie via Messenger le 13 février.

Les proches doutent d'un départ volontaire

Mais l’authenticité de ce message est mise en doute par certains proches de la jeune femme. “Il y avait beaucoup de fautes d'orthographe, alors qu’Aurélie était très attentive à ne pas en faire”, observe Emma* (le prénom a été changé), une de ses amies proches.

    Aurélie, c'est une personne qui ne reste jamais sans donner de nouvelles Soraya, une amie

Et surtout, la piste du départ volontaire leur semble incompatible avec la personnalité de leur amie. "Aurélie, c'est une personne qui ne reste jamais sans donner de nouvelles, explique Soraya, une amie de longue date. Quand on lui envoie un message ou qu'on l'appelle, dans la journée ou le lendemain, elle fait signe de vie. Là, on a aucune nouvelle. Elle est partie sans voiture. Elle a un chat qui est comme son enfant...."

Les recherches, couplées avec les nombreuses battues organisées par son cercle familial et amical, et les premières investigations menées par les enquêteurs ne permettaient pas de localiser la disparue et de comprendre les circonstances de cette disparition.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article