Le Mans. Juifs cachés : « Les Sarthois ont de quoi être fiers », affirme Joseph Weismann

Publié le par Ouest-France avec Le Maine Libre par Serge Danilo

A la veille de la journée des victimes de la déportation, dimanche 25 avril 2021, Joseph Weismann rappelle l’implication de centaines de Sarthois qui ont caché des juifs pendant la guerre.

Joseph Weismann rend hommage aux Sarthois qui ont caché des enfants juifs pendant la guerre. | LE MAINE LIBRE

Joseph Weismann rend hommage aux Sarthois qui ont caché des enfants juifs pendant la guerre. | LE MAINE LIBRE

Joseph Weismann aime bien quand on écrit « le Sarthois Joseph Weismann ». Il se sent bien dans ce département dans lequel il vit depuis 1943, après s’être échappé, à onze ans, du camp de Beaune-la-Rolande. Né à Paris en 1931, il y avait été transféré après la rafle du Vel-d’Hiv.

« Des gens discrets »

Alors, à la veille de la Journée du souvenir des victimes et des héros de la déportation, Jo Weismann veut témoigner à travers ces quelques lignes mais cette fois, il s’agit de saluer tous ces Sarthois qui ont caché des juifs pendant la Seconde guerre mondiale.

"La plupart sont restés discrets, anonymes"​, glisse-t-il. "Il faut que les Sarthois sachent ce que ces gens-là ont fait. Tous ces gens, des petites gens souvent comme on dit, ce sont de belles personnes. Elles ont sauvé l’honneur de la France"​. Joseph Weismann, éternel optimiste du genre humain, insiste. "Il faut que la Sarthe d’aujourd’hui sache ce qui s’est passé chez elle. Les Sarthois peuvent être fiers, c’est de la grandeur d’âme".

Lorsqu’un article du Maine Libre a rappelé, le 7 mars dernier, le séjour sarthois de Serge Gainsbourg à l’occasion des trente ans de la disparition du chanteur, l’implication de plusieurs villes et villages et de Sarthois est revenue à la mémoire de Joseph Weismann.

"Il y a eu Serge Gainsbourg, Robert Hossein, on évoque aussi le mime Marceau. Et tous les anonymes qui ont été cachés et sauvés, il faut que l’on raconte tout ça aux Sarthois."

Depuis le temps qu’il témoigne auprès des collégiens et lycéens notamment, Joseph Weismann souhaite partager "pour les arrières-petits enfants ou petits-enfants. Souvent, cela ne se sait pas dans les familles"​.

Dans cette période sanitaire difficile, "c’est un rayon de soleil de savoir qu’il y a eu autant de belles personnes. Nous traversons une période très pénible mais ce n’est pas la plus difficile. Cinq ans d’occupation sans avoir la certitude en se levant le matin qu’on se coucherait le soir dans son lit"​.

Dimanche 25 avril 2021 se tiendra en petit comité la cérémonie d’hommage aux victimes de la déportation. | LE MAINE LIBRE

Dimanche 25 avril 2021 se tiendra en petit comité la cérémonie d’hommage aux victimes de la déportation. | LE MAINE LIBRE

Dimanche matin, Josep Weismann participera au Mans à la cérémonie à l’occasion de la Journée du souvenir des victimes et des héros de la déportation. Une cérémonie très restreinte, sans public, en raison de la crise sanitaire.

Yves Moreau à la recherche des enfants cachés

C’est un travail gigantesque qu’a entrepris depuis plus de dix ans Yves Moreau. Ce Sarthois, domicilié à Tuffé, est parti à la recherche des déportés juifs de la Sarthe, pour leur rendre hommage.

"Au départ, c’est en découvrant l’existence de rafles qui ont lieu à Tuffé en 1942. J’ignorais totalement cette histoire. Cela a été comme un électrochoc, je me suis dit comment tout cela a-t-il se produire ? 23 personnes avaient été déportées, c’est énorme pour un petit village comme Tuffé".

Puis, Yves Moreau, s’est mis en quête des enfants cachés. La Sarthe, à proximité de Paris, qui était connue pour accueillir les enfants abandonnés ou les orphelins, a été en fait l’un des départements qui a caché le plus grand nombre d’enfants juifs pendant la guerre.

Yves Moreau avait organisé une exposition en 2016 en hommage aux déportés, victimes des rafles de Tuffé. | ARCHIVES

Yves Moreau avait organisé une exposition en 2016 en hommage aux déportés, victimes des rafles de Tuffé. | ARCHIVES

"Céline Rattier (NDLR. auteur de « Les filières de sauvetage des enfants Juifs en Sarthe ( 1939-1945) ») a recensé plus de 500 enfants juifs cachés en Sarthe", précise Yves Moreau. Le chercheur a établi jusqu’à aujourd’hui un peu plus de 200 noms d’enfants juifs. «"Chaque semaine, je récupère de nouveaux renseignements et j’avance. Mais, certains étaient tellement cachés qu’il n’y a aucune trace. S’il y avait eu le moindre recensement, ils auraient été trouvés".

Sur le site qu’il a créé, Yves Moreau partage son travail d’une histoire qui se construit aussi grâce aux contributions de centaines de personnes. Beaucoup, qui retrouvent des traces de leurs familles, le remercient. "Je voudrais tout d’abord vous féliciter pour votre remarquable travail sur l’histoire des juifs de la Sarthe. J’y ai trouvé des documents sur ma mère »." Certains évoquent un"travail si émouvant", d’autres saluent "un superbe travail. Ce site est extraordinaire, bravo et merci"​.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article