Quimper : décès de l'ancien maire Marc Bécam

Publié le par Actu avec Côté Quimper

Marc Bécam a été maire de Quimper (Finistère), de 1977 à 1989. est décédé mercredi 21 avril 2021. À presque 90 ans. Réactions.

Marc Bécam, ancien maire de Quimper, est décédé le 21 avril 2021.

Marc Bécam, ancien maire de Quimper, est décédé le 21 avril 2021.

Marc Bécam a été maire de Quimper (Finistère) de 1977 à 1989. Il portrait alors l’étiquette du Rassemblement pour la république (RPR). Il est décédé mercredi 21 avril 2021. Il avait presque 90 ans.

Il avait aussi assumé les mandats de conseiller général et de conseiller régional, député, sénateur, et de secrétaire d’État pendant la présidence de Valéry Giscard d’Estaing.

Sur sa page Facebook, Isabelle Assih, actuelle maire de Quimper a réagi à cette disparition : 

    Nous garderons tous dans nos mémoires le souvenir d'un maire humaniste, proche des Quimpérois et des Quimperoises. Je garderai dans mon cœur le souvenir de sa sagesse et de ses paroles d'encouragement lors de l'installation du nouveau conseil municipal, en juillet. Isabelle Assih Maire de Quimper

Marc Bécam en 1985, pendant son mandat à la mairie de Quimper.

Marc Bécam en 1985, pendant son mandat à la mairie de Quimper.

Bernard Poignant, lui avait succédé dans le fauteuil de maire en 1989 : « À la mairie nous avons alterné, tantôt l’un, tantôt l’autre. Ce que j’en retiens, c’est le respect mutuel de nos échanges. À plusieurs reprises, nous avons débattu de l’avenir de Quimper et de la Cornouaille, avec amour de notre ville et conviction pour affirmer nos projets. Au total, une courtoisie que l’on qualifierait aujourd’hui de républicaine si loin des réseaux sociaux ! »

Bernard Poignant estime que Marc Bécam « aura marqué la ville par ses décisions et son influence au-delà de la cité. En particulier son engagement pour la vie culturelle qui a marqué ses deux mandats : le soutien aux Semaines musicales du mois d’août, l’appui au cinéma d’art et d’essai, le lancement d’un centre d’art contemporain qu’il n’aura pu mener à terme. Il est un pan de la vie politique comme une tranche d’histoire qui s’efface. Je le vois partir avec tristesse. Il réveille de nombreux souvenirs, pour moi-même et encore beaucoup de Quimpérois. Il suscite en moi une certaine nostalgie pour ces temps politiques anciens. »

« Un constructeur plutôt qu’un débatteur »

Guillaume Menguy, ancien adjoint du maire Ludovic Jolivet (2014-2020) et candidat aux départementales 2021 se souvient : « Je n’ai échangé avec lui que dans des occasions officielles mais ce qui frappait, malgré ses presque 90 ans, c’était son regard pétillant, intelligent et rieur. (…) Critique mais sans amertume vis-à-vis des partis politiques, il disait que ce qui l’intéressait c’était d’être « plutôt un constructeur plutôt qu’un débatteur ». Il aura été un Maire constructeur et un Maire aimé des Quimpérois. »

Annaïg Le Meur, députée du Finistère, écrit dans un communiqué « Je retiendrai de lui sa vivacité d’esprit. Sa fine connaissance du terrain et son parcours politique jusqu’au sommet ont apporté beaucoup à Quimper. Il incarne la politique libérale, loin des traditionnels clivages politiques : c’est une position que je trouve inspirante en tant qu’élue. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article