Yvette Lundy, figure de la Résistance française, est morte à l'âge de 103 ans

Publié le par franceinfo avec AFP France Télévisions

Revenue du camp de concentration nazi de Ravensbrück, où elle avait été déportée en 1944 après son arrestation par la Gestapo, cette institutrice s'était engagée dès 1959 pour témoigner auprès de collégiens et de lycéens.

L'ancienne résistante Yvette Lundy, à Troyes (Aube), le 6 décembre 2013. (MAXPPP)

L'ancienne résistante Yvette Lundy, à Troyes (Aube), le 6 décembre 2013. (MAXPPP)

Yvette Lundy, figure de la Résistance française, est morte à l'âge de 103 ans à Epernay (Marne), ont annoncé, dimanche 3 novembre, la préfecture de la Marne et le maire de la ville. Revenue du camp de concentration nazi de Ravensbrück, où elle avait été déportée en 1944 après son arrestation par la Gestapo, cette institutrice, benjamine d'une famille de sept frères et sœurs, s'était engagée dès 1959 pour témoigner auprès de collégiens et de lycéens.

"Yvette était la grande dame d'Epernay, même si elle n'aurait pas du tout aimé qu'on l'appelle comme ça, compte tenu de son parcours de résistante, de déportée et de son investissement incroyable au service du devoir de mémoire", a réagi le maire divers droite d'Epernay, Franck Leroy.

"Elle avait aussi un regard sur la guerre et notamment sur la réconciliation franco-allemande qu'elle jugeait extrêmement importante", a-t-il ajouté. "Ardente animatrice du réseau de la Résistance, même après la guerre", Yvette Lundy "avait rencontré des milliers d'élèves pour leur parler de la réconciliation, de la tolérance", notamment à travers le concours national de la Résistance, a rappelé l'élu.

"Quand on a commencé la Résistance, ce n'était pas pour une décoration"

Elevée en 2017 au grade de grand officier dans l'ordre de la Légion d'honneur, Yvette Lundy avait alors confié n'être jamais retournée à Ravensbrück, par crainte d'être "trop chiffonnée". Lors de la cérémonie, elle avait notamment déclaré "c'est une très haute décoration. Mais quand on a commencé la Résistance, ce n'était pas pour une décoration, c'était pour un idéal, et cette décoration, c'est la fleur d'un idéal", rapporte France 3 Grand-Est.

Le président du conseil départemental de la Marne, Christian Bruyen, divers droite, a évoqué "une superbe figure marnaise à jamais dans nos mémoires". "Elle avait choisi le danger face à l'occupant. Elle aura connu l'enfer là où le destin de notre siècle saigne. Elle aura consacré sa vie à l'éducation", a-t-il réagi. 

Un hommage à la mémoire d'Yvette Lundy sera organisé à l'occasion des cérémonies du 11 novembre, a précisé le maire d'Epernay.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article