Affaire Estelle Mouzin : "Cette fois, les éléments ont l’air extrêmement précis et ont l'air de se recouper"

Publié le par France Bleu par Vianney Smiarowski, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

De nouvelles fouilles ont commencé ce lundi dans les Ardennes pour tenter de retrouver le corps d’Estelle Mouzin, 18 ans après la disparition de la fillette. Le journaliste Philippe Dufresne, fin connaisseur du couple Fourniret-Olivier était l'invité de France Bleu Champagne Ardenne ce mardi.

Monique Olivier, l'ex-compagne de Michel Fourniret en 2008. © Maxppp - Angel Garcia

Monique Olivier, l'ex-compagne de Michel Fourniret en 2008. © Maxppp - Angel Garcia

Près de 18 ans après la disparition d’Estelle Mouzin, de nouvelles fouilles ont lieu depuis ce lundi, dans un bois à Issencourt-et-Rumel dans les Ardennes. Monique Olivier, l’ancienne compagne de Michel Fourniret est présente. Elle guide les enquêteurs dans leurs recherches et fait naître un nouvel espoir de retrouver le corps de la petite fille de neuf ans.

"Avec le duo Fourniret-Olivier il faut toujours rester prudent", rappelle Philippe Dufresne, journaliste à L’Union l’Ardennais et fin connaisseur du parcours meurtrier du couple. "En décembre on était persuadé de trouver le corps [d’Estelle Mouzin] au château du Sautou et finalement ça n’avait pas abouti. Cette fois, c’est Monique Olivier qui parle. Elle a quand même toutes les raisons de vouloir faire avancer l’enquête. J’espère en tout cas pour la famille que ce sera la bonne solution", poursuit le journaliste, auteur du livre Fourniret, vérités et mensonges, sorti récemment.

L'affaire Estelle Mouzin © Visactu

L'affaire Estelle Mouzin © Visactu

À propos de la zone de recherches, pour Monique Olivier et "à quasiment 100%" selon son avocat, le chemin autour duquel les fouilles se déroulent "était bien" celui emprunté par Michel Fourniret pour faire disparaître le corps de sa victime de neuf ans.

Est-ce que Monique Olivier dit la vérité ou est-ce un nouveau mensonge pour balader les enquêteurs comme aime le faire Michel Fourniret ? "Elle est tout à fait capable de mentir, elle l’a déjà prouvé par le passé", dit Philippe Dufresne.  

"Cette fois par contre, les éléments ont l’air quand même extrêmement précis et ils ont l’air de se recouper. Le souci c’est qu’elle explique qu’elle est restée à peu près un quart d'heure dans la voiture. Qu’est-ce qu’a fait à l’époque son mari pendant un quart d’heure ? Est-ce qu’il a enterré le corps ? Est-ce qu’il l’a caché et déplacé plus tard ? Avec Michel Fourniret tout est envisageable mais je pense que Monique Olivier, sur ce point, dit la vérité", poursuit le journaliste.

Encore beaucoup d’autres victimes de Michel Fourniret à découvrir ? 

Fin connaisseur du dossier, Philippe Dufresne est convaincu qu’on ne connait pas encore toutes les victimes de l’ogre des Ardennes. "À mon avis, il y a encore environ une dizaine de victimes à envisager sérieusement. D’abord parce que la période blanche n’existe pas. On sait qu’entre les années 1990 et 2000 il y a eu au moins cinq tentatives d’enlèvement et il y a certainement encore des affaires où on n’a pas encore réussi à identifier Michel Fourniret. Pour mémoire, ça fait quand même 17 ans qu’on envisageait la piste Michel Fourniret mais on n’avait pas encore de preuves formelles que c’était lui dans l’affaire Mouzin", dit-il.

Dans son livre, Philippe Dufresne évoque les nombreuses pièces ou témoignages qui n’ont pas encore été exploités par la justice. "Dans la camionnette [de Michel Fourniret], il y a environ 500 éléments qui ont été prélevés en 2004. Au moins six ADN avaient été isolés et ils n’ont pas encore pu 'matcher' comme on dit. Donc c’est potentiellement six personnes. Maintenant, il faut savoir que Michel Fourniret est quelqu’un d’extrêmement manipulateur, d’extrêmement pervers. Il lui est arrivé, après des tentatives d’enlèvement, d’emmener des auto-stoppeuses de façon tout à fait normale, courtoise et de les déposer à bon port pour brouiller les pistes et pour le plaisir de dominer la situation", explique Philippe Dufresne.

Le mystérieux jardin d’enfants de l’ogre des Ardennes

Autre élément troublant évoqué par le journaliste de L’Union l’Ardennais dans son ouvrage, le jardin d’enfants de Michel Fourniret à Floing dans les Ardennes. Que peut-il cacher comme secret ? 

"C’est la grosse question. Pourquoi Michel Fourniret, pendant presqu’une vingtaine années, a littéralement réussi à cacher de façon administrative l’existence de ce jardin ? On sait que c’est quelqu’un qui ne fait rien gratuitement. Pourquoi s’est-il embêté à créer ce jardin à Floing ? Cela reste une énorme énigme. Il a déjà été fouillé mais il y a des coins qui n’ont pas été fouillés. Est-ce qu’il y a quelque chose à y trouver ? Ça on ne le sait pas encore", dit Philippe Dufresne.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article