Ces questions que Michel Fourniret va laisser sans réponse dans l'Yonne

Publié le par France Bleu par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre, France Bleu, France Bleu Champagne-Ardenne

Le tueur en série Michel Fourniret est mort ce lundi 10 mai 2021. La mort à 79 ans de celui qu'on a appelé "l'ogre des Ardennes", condamné à la perpétuité pour les meurtres de sept femmes, signifie que certaines affaires, dans l'Yonne, resteront probablement sans réponse.

Michel Fourniret en 2010 à Charlesville-Mézières © Maxppp - Maxppp - Mikael Libert

Michel Fourniret en 2010 à Charlesville-Mézières © Maxppp - Maxppp - Mikael Libert

Dans l'Yonne, la principale question reste de savoir où se trouve le corps de Marie-Angèle Domèce. Le 8 juillet 1988, la jeune femme de 19 ans, handicapée mentale, disparaît devant la gare d'Auxerre. Trente ans plus tard, en février 2018, Michel Fourniret reconnaît l'avoir tuée. Depuis cette date, les enquêteurs auront mené quatre fois des fouilles, à Saint-Cyr-les Colons, près d'Auxerre, là où vivait Michel Fourniret en 1988, sans parvenir à retrouver le corps. 

En février 2018, Michel Fourniret fait un autre aveu : il reconnaît le meurtre de Joanna Parrish. Son corps nu avait été découvert flottant dans l'Yonne, à Monéteau le 17 mai 1990. Le tueur en série aurait raconté à la juge d'instruction comme il avait approché la Britannique âgée de 20 ans. On ne sait pas s'il a aussi avoué son viol et confirmé les conditions de sa mort par asphyxie. 

Enfin, reste une affaire soulevée en novembre dernier par la juge Sabine Khéris. Cette femme, non-identifiée, retrouvée morte à Mont-Saint-Sulpice, près de Migennes, en 1997. Son corps a été exhumé en vue d'analyses ADN. Une affaire dont Michel Fourniret n'aurait jamais parlé.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article