Jacqueline Caurat : "J'ai été l'une des premières speakerines de la télévision"

Publié le par Télé Star par Sylvia De Abreu

INTERVIEW. Jacqueline Caurat, pionnière de la télévision française, est l'invitée de Bonsoir Mesdames... diffusée sur France 5, lundi 25 décembre à 20h50.

Jacqueline Caurat : "J'ai été l'une des premières speakerines de la télévision"

De 1953 à 1975, vous avez été l'une des plus célèbres speakerines de la télé. Comment êtes-vous entrée à la RTF, l'unique chaîne de l'époque ?

Jacqueline Caurat : À l'époque, j'avais 25 ans, je venais d'épouser Jacques Mancier (comédien décédé en 2001, ndlr). J'ai lu une annonce disant que la RTF cherchait une speakerine : c'était le couronnement d'Élisabeth II, ils voulaient quelqu'un pour traduire la retransmission de la BBC. Comme je parlais anglais couramment. J'ai passé un casting, on m'a engagée. ..

Complémentaire de Catherine Langeais et Jacqueline Joubert, vous, vous présentez les programmes de la journée..

Elles annonçaient les soirées, moi les programmes jeunesse, scolaires, religieux, etc. Après trois ans, j'ai eu le droit de passer au service du soir. Mais ça n'a rien changé : c'était décontracté. J'étais assise dans une petite pièce, près d'un écran de contrôle, je n'imaginais pas parler à des millions de gens, juste à l'équipe qui m'entourait. Je me maquillais et me coiffais moi-même et pour m'habiller, j'allais voir de petites maisons de prêt-à-porter pour les convaincre de me prêter des vêtements. C'était la débrouille.

Y avait-il de la concurrence entre les speakerines?

Oh, non ! Peut-être un décalage avec Catherine Langeais, qui était mariée à Pierre Sabbagh, un homme important à la télé (il présente le premier JT en 1949), mais sinon on s'entendait toutes bien. À l'époque, vous étiez considérées comme des stars. On me suivait en vacances, je posais en maillot, en couverture de magazines...Des paparazzis m'ont même photographiée avec Jacques quatre jours avant la naissance de notre première fille. On se promenait dans un square, c'est devenu un gros reportage en une d'un magazine !

Receviez-vous beaucoup de courrier ?

Oui, et c'était toujours gentil et amical. Le plus souvent des femmes qui me demandaient où elles pouvaient se procurer le corsage que je portais tel ou tel jour...

En parallèle de votre métier de speakerine, vous avez rapidement eu votre émission...

Oui, dès 1961, j'ai présenté Télé-philatélie, la première émission dédiée à l'histoire postale. Pour moi, speakerine n'était pas un métier d'avenir. Et j'avais raison : en 1975, c'en était fini ! Mon émission, elle, a continué jusqu'en 1983 !

Quel rapport avez-vous encore avec le monde de la télévision?

Il ne reste plus personne de mon époque. Ah, si : avec Denise Fabre, on se passe encore des coups de fil !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article