La grogne des habitants de Lacoste quand Pierre Cardin rachetait une partie du village pour en faire le "Saint-Tropez de la culture"

Publié le par franceinfo Culture avec agences, France Télévisions Rédaction Culture

En 2001, Pierre Cardin rachète et rénove le château du Marquis de Sade, à Lacoste, dans le Luberon. Au fil des années, il multiplie les acquisitions dans le village, et s'attire l'hostilité d'une partie des habitants. 

Le couturier Pierre Cardin s'exprime, le 05 avril 2007 au château du Marquis de Sade, lors de la conférence de presse de présentation de la 7e édition du festival d'art lyrique et de théâtre de Lacoste, dont il est l'organisateur.  (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Le couturier Pierre Cardin s'exprime, le 05 avril 2007 au château du Marquis de Sade, lors de la conférence de presse de présentation de la 7e édition du festival d'art lyrique et de théâtre de Lacoste, dont il est l'organisateur. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Il voulait en faire un "Saint-Tropez de la culture" : après avoir racheté en 2001 le château du Marquis de Sade, Pierre Cardin a investi des millions d'euros dans le village de Lacoste, au coeur du Luberon, multipliant les acquisitions immobilières, au regret d'une partie des habitants.

En 2001, son arrivée dans le village est plutôt bien vécue. Le couturier s'offre les ruines du château, datant du XIe siècle, où le "divin marquis" vint s'installer avec sa femme en 1763 pour y vivre par intermittence. "J'ai été immédiatement séduit par les lieux, j'ai tout de suite vu la possibilité d'y faire un nouveau centre culturel", explique alors Pierre Cardin, qui promet même d'y organiser en 2001 une "soirée libertine", en hommage à l'auteur de Justine.

En réalité, c'est surtout un festival dédié à l'art lyrique et au théâtre que crée le couturier, qui s'est engagé auprès de l'ancienne propriétaire du château à le céder à l'Institut de France à sa mort. Dans les ruines et une carrière attenante aménagée en plein air, sous la responsabilité d'Eve Ruggieri, divas et mélomanes jouissent d'un site exceptionnel.

Vue sur le village Lacoste, dans le Vaucluse.  (AGLILEO COLLECTION / AGLILEO)

Vue sur le village Lacoste, dans le Vaucluse. (AGLILEO COLLECTION / AGLILEO)

Le couturier multiplie les acquisitions

"Cela ne gênait pas vraiment les gens à l'époque", déclarait en 2017 à l'AFP une habitante, Anne Gallois, car "personne n'avait l'argent pour acheter et restaurer" le château. "C'est à partir du moment où il a acheté à tour de bras des maisons à l'intérieur du village que ça s'est corsé", ajoute l'autrice d'un livre intitulé Du côté de chez Sade, histoire d'un village vendu.

Au fil des années, le couturier a multiplié les acquisitions dans le village, déjà prisé en leur temps par André Breton, Max Ernst, Pablo Picasso, Henri Cartier-Bresson ou René Char, et qui accueille les étudiants d'une école d'art américaine dans l'annexe provençale de leur établissement. Il acquiert 47 propriétés dans ce village de 400 habitants. Le but de Pierre Cardin? Loger ses invités, ouvrir des résidences artistiques, en un mot "construire" : "Je veux faire de ce village un Saint-Tropez de la culture. Sans le côté show-biz", expliquait-il en 2008 au Monde.

La boulangerie transformée en garde-meuble

Au sein du village, l'opposition s'organise, convoque les médias, tague les murs de messages hostiles. En vain : le couturier séduit de nombreux propriétaires en proposant des prix d'achat "trois fois supérieur à celui du marché", selon Anne Gallois. Une quinzaine d'années plus tard, en 2017, la liste des propriétés du couturier agace Cyril Montana, militant "anti-Cardin" de la première heure: "Il y en a tellement... Une quarantaine de maisons, une dizaine de boutiques et pas mal de galeries, une cinquantaine d'hectares de terrain", égrènait-il.

“Avant il y avait des familles avec des enfants, c’était animé. Là, à partir de fin août, c’est mort. Il n'y a plus personne", confiait Danielle Cohen, une habitante de Lacoste, à France Télévisions en 2019. 

Vue sur la boulangerie du village de Lacoste, en 2011.  (PETER RICHARDSON / ROBERT HARDING PREMIUM)

Vue sur la boulangerie du village de Lacoste, en 2011. (PETER RICHARDSON / ROBERT HARDING PREMIUM)

"Dans une des boutiques, Pierre Cardin vend des produits de chez Maxim's [célèbre enseigne parisienne qu'il possède], les maisons réhabilitées et meublées sont vides quasi toute l'année et la seule boulangerie du village sert elle aussi de garde-meubles", tempêtait Cyril Montana. Si le résultat a désespéré certains des habitants, il a attiré en revanche des touristes curieux d'admirer les monts du Luberon mais aussi les oeuvres de Pierre Cardin... présentées dans des magasins illuminés jour et nuit, dont les portes sont constamment closes.

Création d'emplois

La fièvre acheteuse - et rénovatrice - du couturier a aussi permis de créer des emplois, au moins pour un temps, et d'irriguer l'économie locale. "Pierre Cardin a toujours fait appel à des entreprises locales pour mener les travaux, employant au passage énormément de gens", concède Anne Gallois. "J'y ai mis des millions d'euros et j'ai fait travailler, pendant presque sept ans, une demi-douzaine d'entreprises locales", rappelait, à propos du seul château du marquis de Sade, le couturier au Monde en 2008.

Au fil du temps, la résistance s'est étiolée. Cyril Montana, écrivain et journaliste, avec des attaches familiales à Lacoste, a tiré de cette histoire un documentaire acide sorti en 2020, Cyril contre Goliath.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article