Le fils de Jean Gabin veut faire don de l'hippodrome de Moulins-la-Marche au Département, sous conditions

Publié le par Le Réveil Normand par Rédaction L'Aigle

Ce vendredi 28 mai, le Conseil départemental de l'Orne va devoir se prononcer sur la suite à donner à la proposition de don de l'hippodrome Jean-Gabin faite par Mathias Moncorgé.

Le bail de l’hippodrome court jusqu’au 2031 (©Le Réveil Normand, archives)

Le bail de l’hippodrome court jusqu’au 2031 (©Le Réveil Normand, archives)

Mathias Moncorgé, fils de Jean Gabin, pense à l’avenir et à sa succession. Propriétaire de l’hippodrome Jean Gabin à Moulins-la-Marche (Orne), il a entamé une opération pour la pérennisation de l’endroit créé par son père à la fin des années 50. Aujourd’hui, il apparaît que les trois enfants de Mathias Moncorgé ne manifestent pas d’intérêt à perpétuer l’hippodrome familial.

Après diverses consultations, le fils du Tatoué a choisi, l’option du legs de l’hippodrome au Conseil départemental de l’Orne. Ce legs sera assorti de quelques dispositions, telle l’inconstructibilité de la surface totale, soit 12 ha. Mathias Moncorgé a aussi prévu, à ses frais, la plantation d’un chêne, d’une roseraie et d’une clôture au milieu de l’hippodrome où seront entreposées son urne funéraire et celle de sa conjointe.

Ses bons rapports avec le Département

Le choix du destinataire du legs n’est pas une surprise lorsqu’on se souvient que dans les années 1996/1997, lors des Journées Perce-Neige, Mathias Moncorgé, soutenu par l’acteur Lino Ventura, conseillé par Jean-Pierre Chevalier, conseiller général de l’Orne, a obtenu de cette institution qu’une Maison Perce-Neige soit édifiée à quelques hectomètres de l’hippodrome. Cet endroit est un lieu d’accueil pour personnes handicapées.

La construction avait été financée par Perce-Neige et le fonctionnement depuis cette date est assuré par le Département. Presque 25 ans après, on peut imaginer que Mathias Moncorgé se souvient que ces accords et cette bonne entente ont débouché sur une œuvre citoyenne et altruiste et que le Conseil départemental est le bon destinataire du legs.

Aujourd’hui, avec ses conseils amicaux et ceux d’un notaire parisien, Mathias Moncorgé peaufine les dispositions incontournables du legs. Ce terrain ne verra donc pas arriver un quartier résidentiel, ce sera un hippodrome en priorité ou, « à défaut » un vaste espace de verdure ouvert à la promenade des familles, des groupes, des résidents de Perce-Neige par exemple.

Le Département doit étudier la proposition

Ce vendredi 28 mai, le Conseil départemental va décider de la suite à donner à cette proposition de Mathias Moncorgé.

    Avant d'être présentée à la délibération, elle nécessite d'être soumise pour expertise à un conseil juridique spécialisé en droit patrimonial afin, notamment, d'appréhender complètement la situation successorale de M. Moncorgé, mais aussi les tenants et aboutissants de la relation avec la société des courses du Perche qui organise les manifestations hippiques. Il convient également de bien cerner le périmètre des installations concernées, tribunes et bâtiments. Conseil départemental de l'Orne

De son côté, Serge Huot, président de la société de courses sur l’hippodrome Jean-Gabin, ne manifeste aucune crainte particulière.

    La société de courses bénéficie d'un bail jusqu'en 2031. S'il y a un changement de propriétaire, nous sommes garantis de pouvoir fonctionner jusqu'à cette date. C'est le souhait que nous formulons. Serge Huot Président de la société des courses. Serge Huot Président de la société des courses

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article