Le grand restaurant (TFX) : comment Louis De Funès a-t-il imaginé la scène culte du soufflé ?

Publié le par Télé-Loisirs par par Emilie Leoni

LE CINE EN QUESTIONS. A l'occasion de la diffusion, ce soir sur TFX, d'un classique de la comédie française, Le grand restaurant, Télé-Loisirs vous livre les secrets d'une séquence culte du long-métrage porté par Louis de Funès : celle de le recette du soufflé à la pomme de terre.

Le grand restaurant (TFX) : comment Louis De Funès a-t-il imaginé la scène culte du soufflé ?

On dit que la nuit porte conseil. Une chose est sûre : la formule a largement profité à Louis de Funès pour l’une des séquences cultes du film Le grand restaurant : celle du soufflé à la pomme de terre ! Il faut dire que ce film est un projet qui tenait à coeur à l'acteur depuis des années. Dès la fin des années 60 en effet, Louis de Funès exprime le désir de tourner un film qui s’intitulerait Le grand restaurant. Il y tiendrait évidemment le rôle principal, mais il signerait également le scénario et... la réalisation ! Ce n’est finalement qu’en 1965 que le comédien français, qui a entre temps acquis une renommée considérable grâce à des succès comme Le gendarme de Saint Tropez ou Le corniaud, lancera définitivement le projet.

Ne pas se dégonfler

Entre temps, Louis de Funès a choisi de confier la réalisation du film à Jacques Besnard, mais œuvre néanmoins au scénario. Et il entend imposer au maximum sa vision, comme lors du tournage d’une séquence devenue culte du long-métrage : celle du soufflé à la pomme de terre. Alors qu’il vient d’achever le tournage de cette scène, où son personnage, Septime, gérant d’un grand restaurant parisien, doit simplement déclamer la recette du fameux soufflé avec l’accent allemand pour provoquer le rire, De Funès n’est pas satisfait. De rage, il part s’isoler, stoppant net les prises de vue pour la journée.

Un éclair(age) de génie

Ce n’est que le lendemain matin que le comédien refait son apparition, calmé voire guilleret. Et pour cause. Durant la nuit, il a trouvé LA bonne idée : faire apparaître en ombres chinoises sur son visage la moustache et la coupe d’Hitler pendant qu’il énumère la recette en allemand à un représentant d’outre-Rhin. Une seule prise suffit. La séquence elle reste inoubliable.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article