Xavier Dupont de Ligonnès : une abbaye traditionaliste perquisitionnée

Publié le par L'Alsace

Les forces de l'ordre ont perquisitionné un établissement religieux situé dans l'Indre après avoir recueilli le témoignage d'un individu qui disait avoir aperçu le fugitif, principal suspect du quintuple meurtre de Nantes.

Xavier Dupont de Ligonnès n'a pas donné signe de vie depuis le 15 avril 2011. Photo DR

Xavier Dupont de Ligonnès n'a pas donné signe de vie depuis le 15 avril 2011. Photo DR

La traque se poursuit. Le Journal du dimanche révèle qu'une perquisition a été menée le 18 mai dans l’abbaye de Saint-Michel-en-Brenne (Indre). Les policiers de la police judiciaire de Nantes et de l’OCRVP (Office central pour la répression des violences aux personnes) ont souhaité vérifier le témoignage d'un individu qui disait avoir peut-être vu le fugitif, principal suspect dans le quintuple meurtre familial de Nantes. Sans succès : Xavier Dupont de Ligonnès, qui n'a pas donné signe de vie depuis le 15 avril 2011, ne s'y trouvait pas.

La piste des monastères

L'hypothèse n'était malgré tout pas complètement impossible. Les enquêteurs ont déjà exploré la piste des monastères, poursuit le JDD, puisque le célèbre fugitif entretenait de forts liens avec les réseaux catholiques. Les monastères de Roquebrune-sur-Argens ou encore celui de Sainte-Madeleine du Barroux, dans le Vaucluse, avaient déjà été inspectés. Dans ce dernier lieu, XDDL avait notamment effectué des retraites spirituelles au cours des années 1980.

L'établissement de Saint-Michel-en-Brenne est toutefois particulier, indique encore le JDD. C'est dans ce "fief traditionnaliste" que le milicien Paul Touvier, seul Français condamné pour crime contre l'humanité, s'était caché lors de sa cavale.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article