Xavier Dupont de Ligonnès: une abbaye traditionaliste perquisitionnée en vain

Publié le par Le HuffPost

Les perquisitions de l'abbaye de Saint-Michel-en-Brenne, qui se sont révélées infructueuses, ont été initiées suite à un nouveau témoignage.

CC Wikiemdia/Aubussonais Une abbaye traditionaliste perquisitionnée pour retrouver Xavier Dupont de Ligonnès (Photo: l'entrée de l'abbaye de Saint-Michel-en-Brenne. CC Wikiemdia/Aubussonais)

CC Wikiemdia/Aubussonais Une abbaye traditionaliste perquisitionnée pour retrouver Xavier Dupont de Ligonnès (Photo: l'entrée de l'abbaye de Saint-Michel-en-Brenne. CC Wikiemdia/Aubussonais)

ENQUÊTE - La traque de Xavier Dupont de Ligonnès se poursuit, dix ans après le quintuple meurtre de sa famille à Nantes. Une perquisition a été menée le 18 mai dernier à l’abbaye de Saint-Michel-en-Brenne, dans l’Indre, rapporte le JDD ce 30 mai.

L’opération, qui s’est révélée infructueuse, a été initiée à la suite d’un témoignage -le dernier en date d’une longue liste- qui disait avoir peut-être reconnu le fugitif. La perquisition a été menée par la PJ de Nantes et l’Office central pour la répression des violences aux personnes.

Le dernier signe de vie du fugitif remonte au 15 avril 2011, à l’occasion d’un retrait d’argent dans une agence bancaire de Roquebrune-sur-Argens, dans le Var.

L’abbaye avait déjà abrité un fugitif 

La piste des abbayes a été longtemps étudiée, Xavier Dupont de Ligonnès ayant de très forts liens avec la religion catholique, notamment de par sa mère. Cette dernière a créé un groupe catholique traditionaliste dans les années 70, -dirigé aujourd’hui par sa sœur. Ce groupe, l’Église de Philadelphie, était en 2020 sous le coup d’une surveillance pour des soupçons de dérives sectaires, rapportait France Bleu en octobre dernier.  

Des recherches avaient déjà été effectuées en 2011 au monastère de Sainte-Madeleine du Barroux dans le Vaucluse. Xavier Dupont de Ligonnès y avait effectué plusieurs retraites spirituelles dans les années 80. Idem en 2018, le monastère de Roquebrune-sur-Argens avait fait l’objet de perquisitions. 

Comme le souligne le JDD, celui de Saint-Michel-en-Brenne a un passif historique fort qui a joué dans la décision des perquisitions. Le média rapporte que cet édifice traditionaliste avait déjà abrité dans le passé le milicien Paul Touvier, seul Français condamné pour crime contre l’humanité, et sa famille. Il avait ensuite été arrêté à Nice en 1989.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article