Appel du 18 Juin : Macron aux côtés de deux illustres vétérans

Publié le par Le Point source AFP

Le chef de l’État célèbre ce vendredi matin le 81e anniversaire de l’appel du 18 juin 1940, en compagnie de Léon Gautier et Hubert Germain.

Emmanuel Macron sera accompagné d'Hubert Germain en ce 18 juin.  © LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Emmanuel Macron sera accompagné d'Hubert Germain en ce 18 juin. © LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Le président Emmanuel Macron célèbre vendredi le 81e anniversaire de l'appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle, en présence du dernier compagnon de la Libération, Hubert Germain, et du seul survivant du commando Kieffer, Léon Gautier, qui sera décoré. Le chef de l'État assistera dans la matinée à la traditionnelle cérémonie militaire au mémorial du Mont-Valérien près de Paris, principal lieu d'exécution de résistants et d'otages en France par l'armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. Il s'envolera plus tard pour Berlin pour un dîner de travail avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Au lendemain de son arrivée à Londres le 17 juin 1940, de Gaulle avait appelé les militaires, ingénieurs et ouvriers français à le rejoindre pour poursuivre la lutte contre l'Allemagne nazie, malgré l'armistice demandé par le maréchal Pétain. « Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas », avait-il déclaré en concluant sa célèbre intervention radiophonique, que très peu de Français avaient alors entendue.

« Personne ne l'a entendu, l'appel ! »

Résistant de la première heure, parti à Londres fin juin 1940, Hubert Germain, qui fêtera cet été ses 101 ans, sera présent vendredi aux côtés du président Macron. Il y a 81 ans, ce n'est pas l'appel du 18 Juin qui l'a décidé à rejoindre la Résistance. « On ne va pas recommencer ce cinéma-là, personne ne l'a entendu, l'appel ! On a tous entendu ce laïus effrayant du maréchal Pétain, disant qu'il fallait terminer la guerre et déposer les armes. Ça a été un choc. »

Légionnaire pendant la Seconde Guerre mondiale, Hubert Germain a combattu en Syrie, en Libye, où il a participé à la bataille de Bir Hakeim, en Égypte, en Italie, en Provence, dans les Vosges et en Alsace. Blessé et décoré par le général de Gaulle fin juin 1944 en Italie, le vétéran aujourd'hui pensionnaire des Invalides est le dernier survivant de l'ordre de la Libération créé par le chef de file de la France libre.

Le dernier survivant du commando Kieffer honoré

Seules 1 038 personnes ont reçu le titre de compagnon de la Libération. À sa mort, Hubert Germain sera inhumé au Mont-Valérien. Vendredi, Emmanuel Macron décorera un autre illustre vétéran : Léon Gautier, 98 ans, dernier survivant du commando Kieffer, qui débarqua en Normandie en juin 1944. Les 177 fusiliers marins des Forces françaises libres du commando Kieffer, intégré au Royal Marine Commando n° 4, sont les seuls Français en uniforme à avoir participé au débarquement allié.

Portant le nom du capitaine de corvette Philippe Kieffer, qui avait constitué ce groupe de volontaires, le commando, entraîné en Écosse, avait débarqué le 6 juin 1944 à Sword Beach. Les faits d'armes de ces commandos français ont été tardivement reconnus. De Gaulle n'avait pas été associé aux préparatifs du Débarquement. Il faudra attendre 1984 pour voir le président François Mitterrand rendre hommage au commando Kieffer pour la première fois à Ouistreham (Calvados).

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article