Bruno Covas, maire de la ville de Sao Paulo, meurt d’un cancer à 41 ans

Publié le par Le Monde avec AFP

Elu en 2018, il a dirigé la ville de 12,3 millions d’habitants jusqu’au 2 mai, quand le cancer de l’appareil digestif dont il souffrait est réapparu.

Le maire de Sao Paulo, Bruno Covas, lors d’une interview avec l’Agence France-Presse, à Sao Paulo (Brésil), en juin 2020. NELSON ALMEIDA / AFP

Le maire de Sao Paulo, Bruno Covas, lors d’une interview avec l’Agence France-Presse, à Sao Paulo (Brésil), en juin 2020. NELSON ALMEIDA / AFP

Le maire de Sao Paulo, Bruno Covas, est mort, dimanche 16 mai, selon un communiqué de l’Hôpital syro-libanais, dans lequel il était soigné à Sao Paulo. A l’âge de 41 ans, il a succombé à un cancer de l’appareil digestif, dont il était atteint depuis 2019.

Vendredi, l’hôpital avait fait savoir qu’il se trouvait dans un état clinique « irréversible » à la suite de l’aggravation de son cancer. « Le maire Bruno Covas continue d’être soigné à l’Hôpital syro-libanais, recevant des médicaments analgésiques et sédatifs. Le tableau clinique est considéré comme irréversible par l’équipe médicale », avait établi le bulletin médical, diffusé par l’établissement.

M. Covas avait été hospitalisé le 2 mai après la détection de saignements à l’estomac lors de tests précédents pour poursuivre chimiothérapie et immunothérapie. Face à l’aggravation de son état physique, l’édile, encarté au Parti de la social-démocratie brésilienne (centre droit), avait demandé une mise en retrait de trente jours pour se « dédier totalement » à ses soins. « Mon corps exige que je consacre plus de temps au traitement, qui entre dans une phase très sévère », avait-il publié sur Twitter.

La nouvelle a eu un énorme écho sur les réseaux sociaux où des milliers de personnes ont aussitôt exprimé leurs condoléances et leur solidarité avec sa famille, en particulier avec son fils Tomas, 15 ans. « Merci à Bruno Covas pour avoir partagé avec nous tous tant d’affection et de dévouement », a déclaré le gouverneur de Sao Paulo, João Doria, dont M. Covas avait été l’adjoint.

Réélu en novembre avec 60 % des suffrages

Ce juriste de formation bénéficiait d’une image de gestionnaire modéré qui contraste avec la grande polarisation de la politique brésilienne. Il a d’abord été élu député fédéral en 2014, avant de devenir l’adjoint de M. Doria en 2016. Il avait finalement pris la place de maire de Sao Paulo, en avril 2018, après la démission de l’édile, élu gouverneur de l’Etat de Sao Paulo.

Malgré la maladie, il a continué à occuper ses fonctions de maire de la ville la plus peuplée du Brésil (12,3 millions d’habitants) et a affronté la crise provoquée par l’épidémie de coronavirus, qui a fait près de 29 000 morts à Sao Paulo.

Bruno Covas avait contracté le Covid-19 en août 2020, et après en avoir guéri, avait été réélu en novembre au second tour des élections municipales, avec près de 60 % des suffrages, face au représentant de la gauche, Guilherme Boulos. Son adjoint, Ricardo Nunes, devient maire de Sao Paulo par intérim, jusqu’à la fin du mandat en cours, au début de 2025.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article