Cybersécurité : qui était John McAfee ? Pionnier de l’informatique ou délinquant paranoïaque ?

Publié le par Sud Ouest

Inventeur du plus célèbre logiciel antivirus, cet ingénieur informatique s’est suicidé en prison avant son extradition aux États-Unis.

John McAfee lors d’une conférence en Chine en 2016 © Crédit photo : AFP/FRED DUFOUR

John McAfee lors d’une conférence en Chine en 2016 © Crédit photo : AFP/FRED DUFOUR

L’homme de 75 ans qui s’est donné la mort dans une cellule espagnole ce mercredi 23 juin, sur le point d’être extradé vers les États-Unis pour y répondre de fraude fiscale massive, était un pionnier de l’informatique. Un précurseur, génie de la programmation, inventeur de l’antivirus, gourou des cryptomonnaies, finalement rattrapé par ses excentricités et sa vie dissolue.

Épilogue dramatique d’une dernière décennie rocambolesque pour l’un des plus brillants ingénieurs informatiques de son temps, à la tête d’une fortune estimée à son zénith à 100 millions de dollars. John Mc Afee, né en Angleterre en 1945, a grandi aux États-Unis, en Virginie et étudié les mathématiques dans le prestigieux Roanoke college de Salem. Avant de démarrer en 1968 une carrière à la NASA, puis dans plusieurs entreprises de l’informatique naissante américaine. Employé de la firme Lockheed, il découvre en 1980 à un virus baptisé Brain et s’entraîne à le détruire. De là naît en 1987 McAfee Associates, compagnie de logiciels anti virus basée à San José en Californie. Le succès est immédiat. Mais John McAfee montre déjà ses réticences à payer ses impôts. Après avoir fait déménager sa société dans le paradis fiscal du Delaware en 1992, il revend ses parts et démissionne de l’entreprise en 1994.

Immobilier de luxe, investissements dans les nouvelles technologies, conférences et plus récemment conseils en cryptomonnaies entretiennent sa fortune. Mais alors que la société qu’il a fondée est vendue à Intel en 2010, John McAfee fait désormais plus parler de lui pour ses frasques que pour ses fulgurances technologiques.

Une balle dans la tête du voisin

Mis à mal financièrement par la crise de 2007, de plus en plus paranoïaque et transgressif, il s’était exilé dans le petit État du Belize, en Amérique centrale, où ses accointances avec le crime organisé local, entouré de gardes du corps, de prostituées parfois mineurs et d’armes à feu, le placent dans le collimateur de la police. En 2012, un voisin avec qui il ne s’entendait pas est retrouvé mort, une balle dans la tête. John McAfee s’enfuit au Guatemala puis revient aux États-Unis, où il ne sera jamais vraiment inquiété.

Dans une vidéo de 2013 à l’humour provocateur, il explique, après avoir allumé une cigarette à l’aide d’un billet de banque enflammé, pourquoi et comment désinstaller son antivirus. Entouré de très jeunes femmes et d’armes à feu, la performance pousse Intel à rebaptiser McAfee antivirus Intel Security. Une bonne chose pour son inventeur, qui considérait que son nom était associé au pire logiciel du monde.

Professeur de yoga et membre du parti libertarien, anti étatiste, « à gauche sur le plan social et à droite sur le plan économique », il échoue en 2016 et 2020 à en être le candidat à l’élection présidentielle. En 2019, il déclare ne pas payer d’impôts depuis 8 ans, quitte les États-Unis et menace le gouvernement américain de dévoiler des cas de corruption s’il est poursuivi. Arrêté à Barcelone en 2020, il avait été placé en détention en attendant son extradition.

Sur son compte Twitter, au 1 million d’abonnés, il se décrivait comme « Iconoclaste, amoureux des femmes, de l’aventure et du mystère ». Réaliste, John McAfee savait sans doute qu’on ne plaisante pas avec le fisc américain. Il risquait dans son pays 30 ans de prison et de lourdes amendes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article