Décès de Romain Bouteille, co-fondateur du célèbre Café de la gare à 84 ans

Publié le par Le Figaro avec AFP

DISPARITION - Avec Coluche, il avait fondé cette scène dédiée au rire en liberté. Grand serviteur de l'humour et de l'absurde, il avait offert sa chance à Patrick Dewaere, Anémone, Gérard Lanvin ou Josiane Balasko. Avant de retirer dans l'Essonne. Il a succombé à une insuffisance respiratoire.

«Faire un truc que les autres ne font pas, c'est déjà passer pour un original». C'était la devise de ce grand serviteur du rire. Pascal Victor/ArtComPress via Leemage

«Faire un truc que les autres ne font pas, c'est déjà passer pour un original». C'était la devise de ce grand serviteur du rire. Pascal Victor/ArtComPress via Leemage

Romain Bouteille, co-fondateur notamment avec Coluche du célèbre Café de la Gare parisien, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a annoncé mardi son épouse.

«Romain s'est éteint hier (lundi) dans la soirée à l'hôpital de Corbeil-Essonnes. Depuis quelques temps, il avait une insuffisance rénale. C'est une insuffisance respiratoire qui l'a emporté», a indiqué dans un message à l'AFP Saïda Churchill, elle-même comédienne et programmatrice culturelle de la ville d'Etampes (Essonne).

Né en 1937, Romain Bouteille fut une figure des débuts du café-théâtre en France. «Ma vocation artistique s'est dessinée vers 1955 sous l'angle: trouver un job qui permette de se lever à n'importe quelle heure et ne suppose ni diplôme, ni réel travail, ni obéissance», racontait-il à l'AFP en 2005.

Le Café de la Gare, «premier et dernier théâtre en anarchie réelle» selon Romain Bouteille, ouvre en juin 1969 dans les locaux d'une ancienne fabrique passage d'Odessa, près de la gare Montparnasse. L'équipe rassemble autour de Romain Bouteille et du jeune Michel Colucci, qui connaîtra la gloire sous le nom de Coluche, une bande d'aspirants comédiens, dont bon nombre connaîtront le succès, à l'image de Miou-Miou ou Patrick Dewaere.

Devenu trop petit, le théâtre déménage en 1972 dans un local plus vaste, rue du Temple, dans le quartier du Marais, tout en conservant le nom. Coluche quitte alors le «Café» et dira de Romain Bouteille : «Ce qu'il ne m'a pas appris, je le lui ai piqué.»

Le Café de la Gare accueillera aussi les premiers pas sur les planches d'autres figures du spectacle : Gérard Lanvin, Renaud, Anémone, Josiane Balasko ou encore Michel Blanc.

Romain Bouteille s'éloigne à son tour au début des années 1990 du Café, et s'installera dans l'Essonne, où il créera avec son épouse un théâtre à Étampes, Les grands solistes. Ce grand serviteur du rire avait une devise. Il s'y est toujours tenu : «Faire un truc que les autres ne font pas, c'est déjà passer pour un original. Au moins, on n'encourt pas la comparaison.»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article