Disparition de Delphine Jubillar dans le Tarn : les confessions du "confident de Montauban"

Publié le par France 3 Occitanie par Benoît Roux

Pour les gendarmes qui enquêtent sur la disparition de Delphine Jubillar, l'amant de la jeune infirmière est le "confident de Montauban". Dans un entretien au quotidien Le Parisien, l'amant de Delphine Jubillar se confie sur les projets qu'ils avaient ensemble et sur leur dernier échange.

 Delphine Jubillar a disparu dans le nuit du 15 au 16 décembre 2020. Depuis, le mystère demeure. • © FTV

Delphine Jubillar a disparu dans le nuit du 15 au 16 décembre 2020. Depuis, le mystère demeure. • © FTV

Cédric -le mari de Delphine Jubillar- sa mère et son beau-père ont été placés en garde à vue mercredi 16 juin à Gaillac. Elle vient d'être prolongée jusqu'à vendredi. Un rebondissement dans l'enquête, 6 mois après la disparition de la jeune femme qui résidait à Cagnac-les-Mines dans le Tarn.

Identifié dès le 16 décembre, soit quelques heures après la disparition de sa maitresse, le jeune homme qui avait rencontré l'infirmière sur internet 6 mois auparavant a accepté de répondre au journaliste du Parisien.

Une pièce maîtresse du dossier parle

La trentaine, comme Delphine Jubillar, ce père de famille d’un petit garçon vivait séparé de la mère de l'enfant à Montauban. Tout comme la jeune infirmière qui ne souhaitait plus vivre avec son mari. Ces 2 personnes qui voulaient reconstruire leur vie sentimentale s'étaient rencontrées sur internet et envisageaient de vivre ensemble, pourquoi pas vers Albi. « Nous avions clairement évoqué le projet de nous installer ensemble d’ici le printemps, mais sans brusquer les choses », déclare l'amant de Delphine au Parisien.

Cédric Jubillar était-il au courant de cette liaison amoureuse ? Visiblement oui car les enquêteurs viennent de retrouver des photos de l'amant sur le téléphone de Cédric Jubillar.

Les 2 amants échangeaient beaucoup et la fameuse nuit du 15 au 16 décembre, ils ont communiqué par téléphone.

    Le dernier message que Delphine m’a adressé, un peu avant 23 heures, est une photo sur laquelle elle apparaissait en tenue de nuit, douchée et prête à aller se coucher. Le confident de Montauban.

Dernier élément pour les enquêteurs car ensuite, la jeune femme est sortie et elle a disparu avec ses chiens. Cédric Jubillar a-t-il appris ce soir-là leur liaison ?

Un amant hors de cause

3 personnes sont en garde à vue mais l'amant de la jeune femme semble hors de cause : « Cette nuit-là, j’étais à mon domicile près de Montauban et mon ex-compagne a pu le confirmer », précise-t-il. Il se dit complètement déboussolé par cette disparition : « Dans les premiers jours, j’étais transi par cette histoire de fous dans laquelle je me retrouvais plongé. Je lisais tout ce qui pouvait s’écrire sur le sujet dans l’espoir d’y lire une information décisive. ».

Plus les jours passent, plus les chances de retrouver Delphine Jubillar vivante s'amenuisent. Selon son amant, le couple Jubillar avait envisagé une séparation, Cédric avait commencé des travaux pour pouvoir vendre leur maison.

Mais selon nos confrères de France Bleu Occitanie, un témoin à charges contre le clan Jubillar parle de situation invivable à la maison et de menaces de morts proférées par le mari à l'encontre de son épouse.

Cédric Jubillar, sa mère et son beau-père devront s'expliquer sur des incohérences dans les déclarations de l'ex-conjoint relevées par les enquêteurs. Notamment sur le fait que Delphine Juvillar était en tenue pour aller se coucher -ce que confirme la photo reçue par l'amant- alors que Cédric a déclaré aux gendarmes qu'elle portait une doudoune blanche. Autre approximation, il se serait endormi à 22h mais son téléphone révélerait des activités postérieures.

Quoi qu'il en soit, « Ma vie est détruite », déclare l'homme de Montauban. « Mais je me dois d’avancer, pour mon fils… Et puis ma petite personne importe peu. Je pense surtout aux deux enfants de Delphine. C’est pour eux que la situation est la plus terrible ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article