Il y a quatre ans, Mathieu Caizergues disparaissait

Publié le par franceinfo Réunion La 1ère par GB

Ce gendarme mobile en poste à la Réunion a disparu le 23 juin 2017, alors qu’il effectuait une randonnée à Mafate. Le militaire était accompagné de 2 personnes. Malgré de nombreuses recherches, Mathieu Caizergues n’a pas été retrouvé. L'enquête est toujours en cours.

©D.R

©D.R

La famille de Mathieu Caizergues, disparu depuis le 23 juin 2017 alors qu’il randonnait dans le cirque de Mafate, se bat depuis maintenant quatre ans pour que cette affaire soit un jour résolue. Des nouvelles recherches ont débuté le 9 juin dernier. Des cordistes sont mobilisés sur le sentier menant à Roche-Plate. Des recherches ont déjà été menées au Maïdo, mais sans succès. Cette fois, les cordistes descendent la falaise à plusieurs endroits pour tenter de ratisser une large surface.

Le 23 juin 2017

Agé de 23 ans, et originaire de Montpellier, Mathieu Caizergues était en mission à la brigade de gendarmerie de La Possession. Ce 23 juin 2017, le militaire part faire une marche dans le cirque de Mafate avec deux hommes, un gendarme et le mari d'une gendarme. La balade les conduit à un gîte où ils effectuent une pause repas. Mais Mathieu Caizergues s’est volatilisé sur le chemin du retour entre Roche-Plate et le sommet du Maïdo où il devait rejoindre ses deux compagnons de marche. Il avait envoyé en fin d'après-midi à ses proches une photo de lui avec une bosse sur le front via le réseau social Snapchat. Ce selfie laisse penser qu'il aurait pu faire une chute.

Le gendarme aurait été "aperçu"

Rapidement, de nombreux moyens sont mis en place pour retrouver Mathieu Caizergues. Mais il n'est pas retrouvé. Deux mois plus tard, en septembre, sa disparition est relancée par le témoignage d'une famille qui l'aurait aperçu dans le sud de l'île. Le gendarme serait venu demander de l'eau à une habitante de Saint-Joseph. Par la suite, des témoignages se succèdent et le doute s'installe.

Un an après, la justice déclare le jeune homme décédé

Le 23 juin 2018, soit un an après la disparition de Mathieu Caizergues, le parquet de Saint-Denis considère que le gendarme est officiellement décédé. Après douze mois de recherche, la justice et les enquêteurs sont obligés d'admettre qu'ils n'ont pas la moindre piste à exploiter.

Deux mises en examen

Les deux hommes qui l’accompagnaient lors de cette randonnée ont été mis en examen dans cette affaire pour non-assistance à personne en danger. L'un d'eux avait expliqué lors de sa garde à vue avoir reçu un appel de Mathieu Caizergues avant de quitter le Maïdo. Celui-ci lui aurait dit que tout allait bien. Ils se seraient inquiétés dans la soirée, constatant qu'il n'était pas rentré. Les deux hommes ont indiqué n'avoir pu prévenir les secours rapidement, car leurs batteries de téléphone portable étaient déchargées. Il s'est passé trois heures entre le moment de la disparition et l'appel aux secours.

L'hypothèse de la chute

Le groupement de gendarmerie de La Réunion a multiplié les recherches. Hélicoptère, drones et équipes cynophiles ont quadrillé le terrain ces dernières années sans obtenir le moindre résultat. Certes, le sentier qui permet de descendre du Maïdo où d'y monter est abrupte, mais il est également très fréquenté. Il n'est pas rare que des marcheurs retrouvent des lunettes ou un sac qui aurait échappé des mains d'un marcheur. Cette disparition inexplicable a entretenu l'espoir chez les proches du gendarme. Mais en l’absence de corps, la famille de Mathieu Caizergues ne peut se résoudre à la thèse de la chute.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article